Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 11:03

 

Bonjour, aujourd’hui, je vous propose de retrouver sans plus attendre, la suite de votre série à suspens.

et bonne lecture.

 

 

Le voyage.

 

En fin de compte, l'homme de fer était effrayé de sa toute nouvelle liberté.

Mais malgré cela, son drôle de chat marchant à ses côtés, il partit sur les routes vers l’inconnu.

Finalement, il fut émerveillé par tout ce qu'il voyait. Les gens intrigués par ce curieux équipage stoppaient leur travail des champs pour le regarder passer.

Les attelages, ainsi que les cavaliers, ralentissaient pour mieux l'observer, certains, amusés par ce bonhomme de métal tirant sa roulotte, l’accompagnaient un bout de chemin en essayant de l'interpeller.

Mais l'intéressé ne pouvant répondre, ils finissaient immanquablement par reprendre leur route las de suivre cet humanoïde avançant au pas.

Ne s’arrêtant que lorsque son compagnon à quatre pattes faisait une trouvaille, ou au moment ou la nuit tombait. Là, il rangeait son antre sur le bas côté en attendant le retour de la lumière.

La plupart des nuits, il passait son temps à trier à la lueur d'une bougie les objets ramassés, pour y récupérer les organes nécessaires à l'émergence d'une nouvelle invention.

Parfois, il restait immobile pendant des heures. Dans ces moments, il se mettait à rêver, et ses songes l'amenait inexorablement vers cet appareil incomplet. Quand il ressortait de cet état, il ressentait toujours une urgence à se remettre en route pour trouver les pièces qui lui manquait.

Mais au petit matin, sillonnant les routes, ses angoisses s'estompaient devant les paysages défilants au ralentit devant ses yeux.

Un jour, alors qu'il marchait depuis plusieurs heures, il arriva aux abords d'une ville.

Il avait déjà vu des maisons lors de son trajet, et même avec la troupe, quelque fois, ils s'installaient tout près d'une ferme. Mais là, il ne s'attendait pas à ça.

De l'endroit ou il se trouvait, il voyait des bâtisses de toutes tailles et de toutes formes s’enchevêtrant dans un dédale de ruelles, le tout confiné dans une enceinte de pierres.

Il se demanda comment les gens pouvaient vivre dans un tel capharnaüm.

Il aurait aimé éviter de passer par ce lieu, mais la route rentrait dans la ville en passant entre deux énormes portes de bois, et en ressortait de l'autre côté, à travers une porte jumelle de la première.

Malgré ses doutes et ses hésitations, il fit rentrer son matou dans la roulotte et se remit en marche,

ne quittant pas son but, qui l’impressionnait, des yeux.

 

...à suivre....

Partager cet article

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article

commentaires

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche