Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2012 6 31 /03 /mars /2012 11:14

 

Aujourd'hui, je vous propose un conte

ou certains me diront, tu n'a pas honte

de raconter de si monstrueuses horreurs,

tu nous avait habitué à plus de pudeur.

 

Comme vous l'aurez compris, âmes sensibles demi-tour,

car ce texte vous traumatiserai jusqu'à la fin de vos jours.

Il est donc formellement interdit et cela sans dérogations,

à tout les enfants et aux pères qui s'adonnent à la boisson.

 

 

Pour les autres, accrochez vous bien à votre clavier, et bonne lecture.

 

 

 

Je ne sais plus pourquoi c'est arrivé,

mais un matin à mon réveil,

j'ai eu envie de tuer le paternel.

Serein, j'ai pris mon petit déjeuner.

 

Sur le comptoir il y traînait une hachette.

Celle qu'il se sert pour la viande,

avec ça il dit qu'elle est plus tendre.

Mais oui, et le steak il joue avec la fourchette.

 

Cet instrument, je l'ai glissé dans ma ceinture,

et ais sortit sa bouteille que j'ai assaisonnée

d'une bonne poignée de fleurs de belladone.

C'est que dès le réveil, il se prend une biture.

 

Il s'est levé comme à son habitude, de sale humeur,

et bien sûr, avec la tête dans le cul,

beurk, les alcoolos, qu'est ce que ça pue.

Même quand il fermais sa gueule, il y avait cette odeur.

 

C'était bien pire quand il transpirait comme un porc,

quand sur moi avec haine, il s'acharnait.

Ses relents, je ne les oublierais jamais

ce putain d'alcool, qui lui suintait par tout les pores.

 

Il s'était assis, à la table de la cuisine,

et à attaqué directement au goulot

cet espèce de vieux con saligaud.

Le manque de savoir vivre, ça me chagrine.

 

J’espérais ne pas l'avoir trop dosé,

j'aurais été vraiment malheureux

qu'il claque avant mes petits jeux.

Toute ma vie je l'aurais regretté.

 

Mais non, à peine à un tiers de la bouteille

il à lâché le goulot,

et émit un énorme rot.

Il commençait déjà à replonger dans le sommeil.

 

Quand de sa chaise il s'est affalé,

je l'ai traîné jusque dans la cave,

où j'y avais scellé des entraves.

Et l'y ais bien solidement attaché.

 

J'avais préparé des sceaux d'eau glacée,

avec quelques doses de puissants détergents

pour que ses douleurs dure plus longtemps.

Et surtout pour pouvoir un peu le parfumer.

 

Lorsque je fus enfin prêt,

je lui jeta un premier sceau à la tête,

et son réveil fus pour moi une fête.

Il se débattit, et surtout hurlait.

 

C'est à partir de là que je pris mon pied,

je débutait mon œuvre, par de profondes entailles,

qui combinées aux produits, entamaient ses entrailles.

C'est qu'il se débattait et criait comme un taré.

 

Je n'en attendait pas moins de lui,

et comme on était loin de tout,

il pouvait brailler tout son saoul.

Et moi je n'avais jamais autant ris.

 

Je l'ai débité avec précaution,

je voulais tellement qu'il souffre,

sans qu'il rendre son dernier souffle.

Ce fut des mois de pure création.

 

Je l'ai sculpté en me délectant, avec sa grosse lame,

jusqu'à ce que je ne puisse aller au delà

sans faire d’irréversibles et gros dégâts.

Il ne fallait surtout pas qu'il me lâche dans les larmes.

 

Le dernier jour, je suis descendus,

avec des caisses pleines de whisky,

j'ai sentis son regard bardé d'envie.

Mais c'est sur lui que je l'ai répandu.

 

C'est qu'il ne pouvait plus vraiment crier très fort,

mais il arrivait encore à se tordre encore un chouilla,

même si il lui manquait désormais les jambes et les bras.

Il essaya bien de me supplier dans un dernier effort.

 

Mais en haut des escaliers,

je contemplais la cave bien sale,

en allumant un feu de Bengale.

Et ce fut un magnifique brasier.

 

Dans la cuisine, j'avais laissé le gaz ouvert,

avant de disparaître enfin,

loin de cet enfer quotidien.

L'explosion fut si forte que tout à été recouvert.

 

Pour le reste de la petite famille,

c'est une tout autre histoire,

que j'avais conté un soir,

c'était il y a de nombreuses lignes.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Mystery Train 01/04/2012 12:32


psychopathe !!!

orcheon 01/04/2012 12:45



mais non, voyons, ce n'est qu'une petite dispute de famille, rien de bien méchant....



Sékateur 31/03/2012 19:43


Tout cet alcool gâché, c'est triste quand même ! J'aime beaucoup de genre de textes. 

orcheon 31/03/2012 23:04



c'est moins polluant que l'essence, et puis ça sent meilleur.



DömZ 31/03/2012 12:26


Mais dis-moi, tu deviens de plus en plus sadique au fil des textes ! C'est cooooool !

orcheon 31/03/2012 15:25



disons que je reviens à mes premiers amours mes textes d'horreurs...



Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche