Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mars 2013 6 30 /03 /mars /2013 14:44

 

Derrière chacune des fenêtres,

il y avait un monde à paraître.

Si par hasard, vous passiez par le sas des toilettes,

vous atterrissiez dans le pays des hommes sans tête,

 

sitôt que vous franchissiez celui du bureau,

vous vous retrouviez entre les mains du bourreau,

et si vous passiez par la lucarne de la cuisine,

on vous mettait au turbin sur la planète usine.

 

Mais c'est en traversant le placard

juste après la porte des dortoirs

que les choses devenaient vraiment intéressantes,

car on y entrait dans un univers aux mœurs décadentes,

 

où les étoiles frayaient avec les trous noirs,

et les planètes étaient en quêtes de pulsars.

Là où la nature damait le pion

à toutes sorte de civilisations.

 

C'était là, la maison de l’esthète

qui se nichait dans un coin de sa tête,

étouffée par l’humanité

à l'encéphale lobotomisé.

Partager cet article

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

commentaires

Sékateur 06/04/2013 18:39


Ca ferait un beau pâté !

orcheon 07/04/2013 10:33



Un pâté de cervelle, brrr, j'en ais des frissons rien que d'y penser....



Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche