Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 08:27

 

vous souvenez vous ma chère,

cette nuit où vous fûtes si légère.

Vous couchiez avec passion

les mots de la déraison.

 

Était ce là des folies de jeunesse

ou seulement un signe de faiblesse

derrière cette volonté

de vouloir tout dompter.

 

Ce moment ou vos écrits

se mêlaient à vos cris.

Où pour de furtifs instants de fureur

vous vous plaisiez à briser des cœurs.

 

Mais la vie ne vous a pas donné raison,

et lentement à distiller ses poisons.

Transformant vos rires éclatants

en miaulements enroués et grinçants.

 

De ceux que vous eûtes connus

lorsque vous sortiez à demi nue,

ne reste que des bribes de souvenirs

dans un grand vide sans plus un sourire.

Partager cet article

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

commentaires

Sékateur 02/10/2012 20:26


Pas bon de vieillir...

orcheon 02/10/2012 20:36



quoi que, ça revient à la mode, paraît-il...



millgram 02/10/2012 15:19


decidemment vous etes tous deprimants les poetes!!

orcheon 02/10/2012 20:22



il faut bien un peu de temps en temps, sinon que serait la vie si elle n'avait qu'une saveur..



chuis-pas-douee 02/10/2012 11:13


paf dans les dents !

orcheon 02/10/2012 20:19



Mais il faut toujours se méfier du retour de bâton...



Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche