Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2012 2 05 /06 /juin /2012 09:05

 

Il suffit d'un dixième de seconde,

d'un ultime soubresaut

et c'est alors, adieux le monde,

il vient de faire le grand saut.

 

Nul ne peut échapper

à l'instant du sort fatal

terminant chaque destinée.

Et qui parfois fait mal.

 

Arrive une goutte de sang

en funeste présage,

et dans un frémissement

s'ouvre le passage.

 

Cœurs d'atomes éthérés

partit visiter d'autres cieux,

jusqu'au jour ou oubliés

rejoindront les anciens dieux.

Partager cet article

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

commentaires

Sékateur 05/06/2012 19:59


Et à la fin, il mourut...

orcheon 05/06/2012 20:19



Et oui, il a mourut, mais il était mou du rut, alors, et puis nous mourirons tous, enfin, moi je sais que je mourirais,
mouais, je sais je suis un privilégié...



Eva Luna 05/06/2012 16:37


Je trouve ce texte très joli et tendre :)

orcheon 05/06/2012 20:13



Merci.


Heu, pour tendre, rien est moins sûre....  



Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche