Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 11:36

 

Dans une grande lumière blanche tout est devenu noir,

en entrant dans ce maelström on y perd tout espoir.

Perdu au cœur de l'explosion

s'envole les bribes de raison.

 

Au plus fort d'une canicule

une tempête s'accumule,

ravageant ce qui se trouve sur son passage

dans un déchaînement d'éclairs et de rage.

 

Un chien, les pattes coupées s'accroche à la vie,

en essayant d’atteindre une charogne qui pourrie.

Un homme enchaîné au fond d'un bunker

l'observe avec envie, faisant fi de l'horreur.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
19 août 2012 7 19 /08 /août /2012 12:35

 

Aujourd'hui, je vous propose un petit texte avec des militaires,

bon, d'accord ceux là ils ne sont plus engagés, ils sortent de terre.

Mais bon, on écris bien ce que l'on peut,

et pas toujours ce que l'on veux.

Je vous ais écris ça vite fait, ce matin je suis assez fatigué,

je vais vous raconter ce que j'ai fait cette nuit pour m'amuser.

 

 

Ceci est un texte à ne pas mettre sous toutes les mirettes,

il est donc formellement interdit aux enfants et aux prêtres.

 

Pour les autres accrochez vous bien à vos cervelles,

et bonne lecture.

 

 

 

Hier soir, je m'ennuyais tout seul chez moi,

alors je suis sortit pour prendre l'air.

Au bout d'un moment de marche, étant las,

je me suis reposé dans un cimetière.

 

C'est alors que m'est venue l'idée saugrenue

d'y réveiller tout les morts.

J'ai donc invoqué le démon aux pieds fourchus,

pour m'aider à jeter mon sort.

 

En arrivant il m'a demandé si j'étais sûre de vouloir les relever,

car on se trouvaient dans un énorme cimetière militaire.

Assurément, car je l'avais appelé pour pouvoir m'y amuser,

et je savais qu'en revenant ils allaient reprendre leur guerre.

 

Comme ils étaient de différentes nations,

qu'ils aient été alliés ou ennemis,

ils ont été inhumés sans aucune distinctions.

Alors quand c'est achevé la cérémonie,

 

on ne s'est pas ennuyés devant le spectacle.

En sortant de terre dans leurs uniformes défraîchis,

ils ont arrachés les croix de leurs réceptacles,

et ont commencer à se battre dans un joyeux fouillis.

 

Mais un gros bonhomme un peu saoul

vint à passer devant les lieux.

Là, ils ont arrêtés de se rouer de coups,

et plein d'envie, l'on suivit des yeux.

 

Oups, j'avais oublié ce tout petit détail,

les morts ne peuvent s’empêcher de poursuivre les vivants,

ils ne sont pour eux que du simple bétail.

Car leur cerveaux sont une friandise pour les revenants.

 

Alors, ils se sont tous dans un même mouvement,

rués en direction de ce festin qui titubait.

Ils l'ont alors rattrapés dans un concert de hurlements.

Et ont continués vers le village qui se réveillait.

 

Quand ils se sont déversés sur le village pour se nourrir,

mon ami, s'est éclipsé en catimini.

Alors voyant que je ne pourrais jamais tous les contenir,

je me suis installé sur un point de vigie.

 

Comme je me retrouvais tout seul pour gérer ce bordel,

finalement je les ais laissés à leurs distractions,

après tout, je les avais bien tirés de leurs long sommeil,

je pouvais bien leur laisser un peu d'action.

Repost 0
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 10:23

 

 

 

Brûlure du soleil,

les fleurs enfin éclosent.

Pop, bouton s'éveille.

 

 

 

Rivière rétrécie

en un mince filet d'eau.

Pffuit, l'eau s'est tarie.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
17 août 2012 5 17 /08 /août /2012 10:47

aujourd'hui je vous propose un courrier pour remercier ma concierge d'un aimable petit mot glissé à mon attention.

ce texte n'est pas à mettre entre toutes les mains,

alors j'en interdit l'accès aux enfants et aux concierges sensibles...

 

 

 

Du locataire du sixième,

porte six, à la vieille saucisse.

                                                                                                                 Mlle Cleptom Anne

                                                                                                                  en bas de l'escalier

                                                                                                                    lieu dit Serpe

                                                                                                                    91330 Yerres.

 

 

                                                  Mademoiselle,

 

j'ai bien reçu votre petit mot glissé subrepticement dans ma boite aux lettres, me demandant de ne pas souiller les parties communes.

À cela, je vous répond que je suis bien conscient du désagrément que peut causer des traces de merde à nettoyer dans les escaliers.

Je me ferais une joie de ne plus marcher dans les déjections, le jour ou vous irez faire chier votre étron de caniche ailleurs que devant le hall de l’immeuble.

Et si dans la foulée, vous auriez l’amabilité de lui faire fermer sa grande gueule qu'il ouvre systématiquement tout les soirs pendant des heures quand vous le laissez seul pour venir coller votre sale tronche de vieille rombière acariâtre aux portes des locataires pour que votre langue de pute puisse baver et déformer la vie des habitants le lendemain aux vieilles peaux du quartier, pendant que vous faite semblant de faire votre boulot.

Je vous prie de croire que ce jour, je serais le plus heureux des hommes de pouvoir poser un pied immaculé jusque sur mon palier.

Autrement, je pourrais vous éviter ce désagrément en vous proposant de recycler votre compagnon en carpette d'entrée, qui je suis sûre lustrerait parfaitement les semelles de mes chaussures.

 

Bien affectueusement le locataire du sixième.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 11:24

 

Aujourd'hui je viens d'avoir cent ans,

y a longtemps que j'ai perdu mes dents,

d'ailleurs ça fait un baille que je mange plus que de la soupe.

Et puis à part l'infirmière dont je me régale à reluquer sa croupe,

 

il y a des années que je n'ai pas eus de visiteurs,

c'est peut être parce que je marche en déambulateur.

Je me souviens comme si c'était hier

de l'arrivée de notre premier frigidaire,

 

bon diou qu'c'était bon l'été d'avoir du picrate frais.

Aujourd'hui, celui que j'bois, y m'fait aucun effet.

Les salauds, y sont venus prendre ma voiture sous mes yeux,

c'est parce que soit disant, je serais devenus bien trop vieux.

 

Non mais franchement, j'ai bien survécu à deux guerres,

j'ai fait l’Algérie et l’Indochine à l'autre bout de la terre,

et ma vieille guimbarde serait devenue trop dangereuse !

J'peut vous dire qu'ils en ont tâtés de ma mitrailleuse.

 

Ce n'est quand même pas ces freluquets

qui vont venir me mettre au piquet.

Je m'en vais leur apprendre à ceux là, le respect des anciens.

Et même sans mes jambes je peut encore leur botter le train.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
14 août 2012 2 14 /08 /août /2012 10:26

 

Nous allons pomper jusqu'aux dernières gouttes du sang de la terre,

nous avons foré loin pour être sûre de ne pas avoir oublié d’artère.

Alors que pour certains l'avenir c'est l'atome,

jusqu'à ce qu'en soit mort tous les mômes.

 

Mais ce n'est pas ça qui va les décourager,

car tant qu'il leur restera des forêts à raser

avec sa faune à faire disparaître,

ils seront soulagés et feront la fête.

 

Et quand ils auront du mal à respirer par manque d'oxygène

on leur dira alors, c'est normal, c'est l'effet de l'anthropocène.

Ils diront c'est impossible, on ne peut pas disparaître,

nous sommes les puissants, nous sommes les maîtres,

 

Il ne peut absolument rien nous arriver

car avec nos fortunes on peut tout acheter.

Et bien, respirez donc vos biftons,

ils vous préserveront de l'extinction.

 

Peut être même qu'en proposant un pot de vin à la planète

elle se démènera bien gentiment pour sauver votre tête.

Et vous pourrez toujours vous nourrir de vos lingots,

qui sait, ils vous rendront peut être jeunes et beau.

 

 

 

 AN PC ~2

                                                                             image trouvée sur le net.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 10:44

 

Langueur de l'absence,

douleur d'un vide.

Instants de réminiscence,

sensations insipides.

 

Banalité du quotidien

fredonne à l'esprit,

le fantôme mutin

qui un instant revit.

 

Réveillant la déchirure

de son sommeil fragile,

ravivant la torture

d'un souvenir servile.

 

Invoqué par un bruit, par un son,

une effluve évanescente,

stoppant le temps dans sa progression

une réflexion décadente.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
11 août 2012 6 11 /08 /août /2012 10:23

 

Je vais vous dire la vérité sur la nuit des étoiles,

et enfin tout vous avouer pour lever le voile.

Comme vous le savez, aujourd'hui et ce jusqu'à demain soir

nous allons croiser dans l'espace la route d'un nuage de poussières.

 

Il n'est pas par hasard sur votre chemin,

il a été placé là pour leurrer les humains.

Car en fait, il sert de couverture

à l'arrivée de quelques créatures,

 

qui, profitant alors de cette petite diversion

pour passer sous votre nez en toute discrétion.

Ainsi, dès leur arrivée sur le sol terrien,

ils s’enfoncent dans d'antiques souterrains

 

ou ils y rejoindront enfin leurs frères

qui attendent depuis des millénaires.

Et si vous ne les avez encore jamais vus,

c'est qu'ils sont forts pour passer inaperçu.

 

Ils se rassemblent sous les méandres de la terre

pour y préparer le retour de leur illustre père.

Qui n'est autre que le grand et terrible Cthulhu

qui je l’espère sera bientôt revenu parmi nous.

 

Alors si ces jours ci, en regardant vers le ciel

vous voyez une étoile qui vous semble irréelle,

d'une belle taille et d'un éclat insoupçonné,

réjouissez vous car c'est qu'il sera arrivé.

 

Alors tous à vos nécronomicons

et remerciez le pour votre destruction.

Car il vous entend en rêvant,

dans sa demeure où il attend.

Repost 0
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 10:40

 

Dans un bateau navigant

sur un fleuve de sang,

allumée en mémoire de l'humanité

une bougie finissait de se consumer.

 

S'éteignant avec elle le souvenir

de ce monde que l'on à fait périr.

Ne laissant qu'une étendue stérile

rougie du sang du règne animal.

 

Sa surface couverte d'ordures

masquant le sang de la verdure,

offre un bien triste spectacle

à cette flamme en débâcle.

 

Gravé en gros sur la coque

à la proue de cette barque,

« Ci-gît ce qui à vécu sur cette planète

anéantie par la cupidité de ses êtres. »

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 10:32

 

Je suis partis pour un voyage

fantastique au cœur des nuages.

En montant à bord du zeppelin

j'étais aussi excité qu'un gamin.

 

Embarquer à bord d'un engin de légende

qui d'ailleurs est de fabrication allemande,

c'est pouvoir remonter le temps,

je trouve cela vraiment fascinant.

 

Lorsque est arrivé l'heure du départ

et que enfin on à largué les amarres,

j'ai eus la sensation d'être aspiré par les cieux,

dans cet engin qui s'élevait, grand et majestueux.

 

Quand nous avons atteint les nuages

il s'est stabilisé en plein dans un orage,

nous étions ballottés entre plein d'éclairs

qui déchiraient autour de nous l'atmosphère.

 

Nous flottions sans encombres dans ce maelström

jusqu'à ce que la foudre vienne frapper une bonbonne,

qui à secoué l'ensemble de l'engin

blanchissant le visage de certains.

 

Le souci, c'est que si on ne veux pas que l'hydrogène flambe,

il vaut mieux éviter qu'une étincelle ne s'approche des chambres.

Alors voilà, nous sommes descendu dans une boule de feu,

splendide, tel le phœnix embrasant des ses ailes les cieux.

 

Bon ok, on a un peu grillé,

et puis aussi on est tombé,

mais c'était vraiment une expérience unique

sauf si ont perd son sang froid et que l'on panique.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche