Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 17:39

 

commencement sans aboutissement,

déchéance de la conscience,

chaque mot est une perte

qui met les sens en alerte.

Écrire sans réfléchir

et pourrir l'avenir.

 

Quintessence de l’absence,

une réminiscence de présence,

perdu dans l'oubli

la douleur est une amie

quand le papier se met à saigner

sous les griffures de la littérature.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
23 juillet 2012 1 23 /07 /juillet /2012 11:43

 

Sur une plage, loin de la cohue des vacances,

un bernard-l'ermite cherchait un nouvel écrin.

Sa coquille qu'il traînait depuis l'adolescence

ne couvrait plus qu'à peine son arrière train.

 

En sortant de l'eau, il avait aperçut un peu plus haut,

une conque magnifique, brillant d'un éclat doré.

Elle le rendrait irrésistible, et ferait pâlir les bigorneaux.

Relevant sa masure, il avança d'une patte pressée.

 

En arrivant enfin au pied de l'objet de ses désirs,

il se pressa d’éjecter son vieux taudis

et se rua sur la corne. Mais, fut stoppé dans son délire

car l'intérieur était tapissé de fruits.

 

Qu'à cela ne tienne, il allait en deux temps trois mouvements

dégager ces intrus de son nouveau nid.

Et à forts coups de pinces, il jetait au loin tout ces aliments.

On voyait voler raisins, bananes, kiwis....

 

Mais plus il ôtait de fruits, plus il y en avait.

On voulait le décourager ! Mais il est du genre têtu.

Et il lui fallait par dessus tout, ce qu'il convoitait.

Alors, il continua à vider en cadence le contenu.

 

Un petit crabe qui passait par là,

se retrouva devant cet abondant tas de victuailles,

il se rua dessus, et fit un bon repas.

Une fois repus, il partit prévenir ses amis et sa famille.

 

Aujourd'hui, Bernard-l'ermite travail encore à vider sa coquille,

et la plage est bondée de tout les crustacés du coin

rejoints par les mouettes qui propagent la nouvelle à des milles.

Tous font banquet, tandis que lui poursuit son lapin.

Repost 0
Published by orcheon - dans fables
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 09:47

 

Inquiétude de lassitude,

prélude à l'hébétude.

Crainte d'une complainte

peinte sans empreinte.

Circonvolutions de passion

exposition à la déraison.

Blessure d'une mésaventure

dénature le futur.

Présages de sage

s'encouragent dans les nuages.

Bulles funambules

accumulent les émules.

Résistance à l'accoutumance

d'une présence à conséquences.

Imbroglio de mots

en échos des maux.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:44

 

je ne suis qu'une ombre qui s'allonge quand arrive le soir,

de plus en plus longue et fine, et qui disparaît dans le noir.

Je ne suis qu'un souffle d'air arrivé au bout de sa course,

qui dans son dernier élan, fait frémir le pelage d'un ours.

 

Je ne suis qu'une effluve à peine perceptible,

mais très vite entêtante et absolument terrible.

Je ne suis qu'une saveur un peu amère,

qui reste en bouche et qui exaspère.

 

Je suis les ongles qui raclent l'ardoise du tableau,

en faisant souffrir les oreilles de mille et un maux.

Je suis un songe, peut être un cauchemar,

une idée que l'on cherche à noyer au bar.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
19 juillet 2012 4 19 /07 /juillet /2012 11:44

 

Hier je me suis sentis tout noué,

alors je suis allé me faire masser.

Une gentille masseuse m'a couché sur sa table

et a débuter avec des petits mouvements agréables.

 

Ça à commencer à me chatouiller

quand elle m'a solidement attaché.

Elle m'a d'abord tordu dans tout les sens

en me brisant l'un après l'autre tout les os.

 

Je crois qu'à un moment j'ai même crié,

quand elle m'a attrapé un bras et l'a tiré.

La pauvre, je le voyais bien qu'elle peinait sous l'effort

mais elle a réussit avec l'obstination à me l'arracher du corps.

 

Je l'ai trouvé très professionnelle dans son travail,

quand elle a continuer à m’ôter du torse le principal.

Poliment, tandis qu'elle s’appétait à s'attaquer à ma tête,

elle m'a demander si je voulais avec la colonne complète.

 

Cela allait de soit, j'étais venus pour me déconnecter complètement

et profiter de ces instants de désolidarisation et de pure flottements.

Lorsqu'elle à eut replacer tout mes morceaux dans leur position,

je me suis sentit tout chose, avec un sentiment de transformation.

 

Effectivement, j'étais vraiment changé,

elle m'avait remis les bras du mauvais côté.

De là à ce qu'elle n'ai pas remis les os en place,

j'aurais l'air fin, avec un demis tibias qui dépasse.

 

Après m'être assuré que tout était revenus dans l'ordre,

je l'ai mutée à une tâche très éloignée de mes foudres.

Elle sera désormais, masseuse déboîteuse de poulpes

là, au moins ce n'est pas un problème si elle se loupe.

Repost 0
18 juillet 2012 3 18 /07 /juillet /2012 10:46

 

Faisons le portrait de maître cochon,
qui fut un sculpteur de grand renom.
C'était un célèbre artiste vivant à l'époque ou les animaux
pouvaient encore dévorer les humains sans crainte du billot.

Jeune porcelet, il façonnait déjà ses excréments,
signe indubitable de la naissance d'un futur talent.
Adolescent, il se morfondait dans sa porcherie
où il passait son temps à faire des cochonneries.

Quand il a fini par quitter la soue familiale,
il n'a pas tardé à finir en maison carcérale.
Il fut arrêté pour miction sur la voie publique,
il faut dire qu'il n'était pas vraiment pudique.

Dans sa cellule, partagée avec l'entarteur Nico, le tristement célèbre singe
qui pour passer le temps, sculptait ses crottes de nez en petits personnages.
Ce séjour, fut une bénédiction pour notre porc fripon,
car c'est à ce moment que lui est apparue sa révélation.

Et c'est dès sa sortie de prison, qu'il put enfin
façonner tout ce qui lui tombait sous le groin.
Il fut entre autre le sculpteur de la fameuse sculpture
de Teddy l'ours terrassant le chevalier et sa monture,

ou le la grande déesse au baiser de la morue
taillé dans un bloc de déjections de tortue.
Il fut un grand créateur d’œuvres majeurs,
rentré aujourd'hui au panthéon des odeurs.

Repost 0
Published by orcheon - dans fables
commenter cet article
17 juillet 2012 2 17 /07 /juillet /2012 10:14

 

Un dinosaure qui traînait dans mon jardin

à pris mon chien pour un vulgaire coussin.

Le pauvre canidé tout potelé à été tant et si bien aplatit

que l'on ne pouvait même plus l'utiliser comme tapis.

 

Je l'ai roulé précautionneusement

et l'ai rangé dans un tube en attendant.

Mais le gigantesque saurien,

ne s'était rendu compte de rien.

 

Il s'était installé ici pour contempler les étoiles,

et profiter du parfum entêtant du jasmin qui exhale.

Là, je me suis fâché tout rouge, que voulez vous,

je venais de voir qu'il était assis sur mes choux.

 

Alors je lui ai dit ses quatre vérités.

Mais, quitte à devoir vous choquer,

je vais retranscrire les mots qui ont suivis.

« Eh, toi le grand, Tu n'a rien à faire par ici.

 

De toute façon, tu n'est même pas dans ton époque,

et puis tu n'est qu'un gros lézard tout vert, et toc ! »

en réponse, il a juste émis un long et terrible grognement,

et a recraché une patte de mouton coincée entre ses dents.

 

Finalement, ça valait bien deux ou trois légumes,

je l'ai faite grillé et l'ai dégusté sans rancunes.

Ne croyez pas que je me suis dégonflé, mais comme il m'a offert un présent,

alors bon, je ne pouvais pas fâcher..heu, chasser ce si charmant reptile géant.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
15 juillet 2012 7 15 /07 /juillet /2012 11:29

 

Aromie elle est forcément du signe du capricorne,

mais attention, ne la prenez pas pour une pomme.

Car elle vous voit arriver de loin , avec ses grands yeux noirs.

Et si vous approchez elle n'aura pas peur de vous sauter sur la poire.

capri

C'est que la petite elle n'est pas peureuse,

surtout qu'en plus elle est assez curieuse.

Il faut dire aussi, qu'elle est très bien armé,

et sait se servir de ses mandibules acérées.

harmony

Elle peut creuser dans un arbre

aussi facilement que l'on palabre.

Elle pousse parfois des cris stridents

pour montrer son mécontentement.

c'estfini

Et si après ça, vous n'avez pas encore compris,

elle tranche dans le lard, alors comptez vos abattis.

Et quand elle prend son envol,

on comprend que l'on à eut du bol,

unjour

car en la voyant, majestueuse, déployer ses ailes,

on est content qu'elle ne nous cherche pas querelle.

Finalement c'est une gentille petite bête,

qui ne fait que tente-cinq petits millimètres.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 11:23

 

Aujourd'hui c'est un jour férié,

vous ne pensiez pas que j'allais travailler.

Et puis il a tellement plu

que la mèche du pétard ne s'allume plus.

 

Et dans mon tout petit cerveau,

il y a une vilaine fuite d'eau.

Voilà, c'était pour vous prévenir

qu'en ce jour je ne vais rien écrire.

 

 

Ciel s'illuminant

de rouge, bleu, vert en étoiles

oups, c'est mauvais temps.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
13 juillet 2012 5 13 /07 /juillet /2012 11:20

 

Depuis déjà un bon moment, on sentait qu'elle était fiévreuse,

à la moindre allusion au temps qui se dégrade, elle devenait frileuse.

Nous, on savait bien qu'elle nous couvait quelque chose.

À l'arrivé de son nouvel amant, on s'attendait à une pause.

 

Mais comme elle n'avait pas choisi celui désiré par son cœur,

son état à continuer à se dégrader lentement d'heures en heures.

On lui a finalement diagnostiqué

l'arrivée d'une crise d'austérité.

 

Il faut voir comme France elle était déçue

elle qui croyait avoir enfin trouvé son élu,

son chevalier servant qui la cajolerai,

au petit soins pour elle il la sauverait.

 

Mais que voulez vous, c'est une grande naïve,

elle croie les paroles des bourgeois, ça l'enivre.

Et la voilà encore une fois déculottée

sans même avoir eut un premier baiser.

 

Mais, pas de repos pour les braves, car son nouveau mac bien qu'elle soit malade

veut que demain, elle parade en dévoilant tout ses atours malgré le temps maussade.

Ce n'est pas avec des pilules de rigueur

qu'il va arrêter les saignements de son cœur.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche