Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 juillet 2012 4 12 /07 /juillet /2012 10:58

 

Un jeune imprudent,

pour gagner du temps

à sacrifié ses mains

à une machine d’airain.

 

Ce n'était qu'une partie à décrasser,

elle était en pause, il n'allait pas l’arrêter.

Mais manque de chance, les vibrations

ont fait tomber un outil sur le bouton.

 

Alors, forcément, les doigts dans les rouages

n'ont pas résisté à la force des engrenages.

Pour ne pas avoir à tendre le bras, par soucis de fainéantise,

il ne pourra plus se coiffer en mettant les doigts dans la prise.

 

Et bien oui, il n'a plus de peigne chez lui,

car après plusieurs vols, on lui à tout pris.

Il faut dire qu'il ne ferme jamais la porte d'entrée,

c'est fatiguant de tout les jours devoir tourner la clef.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 10:30

 

Je me suis décidé à prendre le train,

en profitant d'un temps serein.

J'ai pris un billet pour la montagne.

Mais en plein milieux de la campagne,

 

il s'est brusquement arrêté

et à commencer à reculer.

Je sentais déjà ma journée partir à val l'eau,

en restant coincé dans ce wagon le nez au carreau.

 

Tandis que dehors il s'était mis à tomber des grêlons,

d'une taille avoisinant celle de nos bons gros ballons,

quand soudain, il y eut une grande secousse.

Les gens dans la rame, étaient morts de frousse.

 

Une vieille dame, recroquevillée sur son fauteuil,

psalmodiait en pleurant, des prières pour le deuil.

Il y eut alors un énorme chambardement,

quand s’envola avec fracas la voiture de devant.

 

Tout le monde s'enfuit dans les compartiments de derrière,

me laissant seul dans cette rame, à contempler les éclairs.

Quand la tornade fut sur moi

et que le wagon, du sol s'arracha,

 

j'étais aux anges, collé à la vitre

de ce train volant et sa suite.

Emportés par ce fantastique tourbillon,

je regardait flotter les voitures et les maisons.

 

Là, je dois être en train de survoler une ville,

car j'ai quelques barres de réseau sans fil.

Ah ! Il va falloir que je vous abandonne,

je vois arrivé par dessus un 38 tonnes.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 10:05

 

Nous sommes les enfants du nucléaire,

le peuple de l'atome.

Ceux qui le redoutait en tant que guerre,

jouent avec tel des mômes.

 

C'est un beau joujou brillant

qu'ils se sont mis à vénérer.

Ils lui ont ériger des monuments

et l'on fait fructifier.

 

C'est une industrie en réalité plus coûteuse

que les énergies renouvelables.

Ils cachent à quel point elle est dangereuse

car elle est tellement rentable.

 

Pensez donc, une simple éruption solaire

un petit peu trop forte

comme celle de 1859 qui perturba la terre,

et c'est l'hiver à nos portes.

 

Mais ne craignons rien, nos gouvernants nous protègent,

avec les médias ils nous ont bien promis le bonheur,

ils ne laisseront pas le bon peuple sombrer dans ce piège,

ils sont trop honnêtes pour nous abandonner dans la douleur...?!?!?

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 11:19

 

La pire de toute les guerres,

est celle que nous menons contre la nature,

tous les morts de naguère

ne sont riens face à ce que nous prépare le futur.

 

On s'évertue à piller la planète

pour un bien être hypothétique,

mais bientôt se sera notre fête

sur cette terre devenue squelettique.

 

Tous ces dictateurs, rois, présidents,

ministres et financiers inaptes

qui tentent de faire perdurer un présent

qui, quoi qu'ils disent leur échappe.

 

Ils masquent par de faux problèmes

ceux dont depuis un moment ils n'ont plus prise,

et la masse des moutons s'émerveillent

devant leurs masse de mensonges et leur traîtrise.

 

Il est bien connus que pour arrêter un incendie de forêt,

il suffit de se cacher les yeux !!

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 12:15

 

Aujourd'hui, je vous propose un petit texte sur les vacances,

c'est de saison, même si certains y ont un peu moins de chance.

 

En tout cas ça le sera pour ceux qui dans ma crique viendront s'allonger

dans ce texte formellement interdit aux enfants et aux futurs vacanciers.

 

Comme vous l'aurez compris, ce texte comporte des propos pouvant heurter la sensibilité

de certains lecteurs, causer des cécités, et des crises d'angoisses.....

 

tant pis, je vous aurais prévenus......

 

bien, dans ce cas, accrochez vous bien à vos tongs,

 

et bonne lecture.

 

 

 

À l'approche des vacances,

je choisis une plage de France

que je prépare à ma convenance.

Il faut qu'elle soit bien accueillante

pour mes touristes, et toute pimpante.

Une véritable invite à la farniente.

 

J'immerge à la limite d'avoir pied,

un enchevêtrement de barbelés

constitués de lames très acérées.

C'est pour ceux qui essayeront de fuir,

histoire d’inciter les requins à venir.

Et puis j'aime bien voir la mer rougir.

 

Un peu de partout sur cette plage,

j'ai disposé des mines, qui bien sages

attendent que je lance l'allumage.

De mon poste avancé de sécurité,

j'ai vue sur les cabanes à frittes

qui encerclent cette œuvre d'artiste.

 

Dans chacune, il y a bien un vendeur,

qui au signal deviendra mitrailleur,

c'est juste en cas de problème majeur.

Car cachés dessous chacune de ces baraques,

mes monstres attendent pour entrer dans le spectacle

d'entendre les déflagrations des mines qui claquent.

 

Ah, qu'ils sont beaux ces premiers jours d'été

ou arrivent en masse les nouveaux vacanciers

remplissant les plages pour se tremper les pieds.

C'est l'occasion de m'offrir quelques distractions

en me refaisant un petit débarquement à ma façon.

Pour moi les vacances c'est un peu la morte saison(lol)

 

Quel spectacle c'est de voir les plagistes terrorisés,

éventrés par les mines, coursés par les démons assoiffés,

la vue de l'air rougissant sous l'abondance du sang projeté.

Quels bons moments de rigolade,

devant toute cette cavalcade

rythmée par les tirs en saccade.

 

Aux prochains congés, j'organise un camp.

Je n'ai pas encore choisi son emplacement,

mais il faudra un site d’excursion intéressant.

J'hésite entre des lieux de sacrifices rituels

ou des villes ou sévices des guérillas urbaines.

Peu importe, on ne manquera jamais d’atrocités humaine.

 

 

 

 

Repost 0
7 juillet 2012 6 07 /07 /juillet /2012 13:13

 

Voici un épisode sombre

de la vie de l'autre monde.

Ce n'est pas encore tout à fait ça,

mais c'est déjà un peu moins plat...

 

 

 

Il faut en finir avec ces poèmes sans consistances,

et revenir aux rimes joyeuses de la souffrance.

Il est temps d’étriper et de flamber

ces textes ou je me suis égaré.

 

Car le soleil attend patiemment son heure

pour tous nous carboniser dans la douleur,

et la lune, point de chaleur, elle est l'amante des âmes obscures,

elle s'illumine pour mieux voir leurs victimes sous la torture.

 

Quand Zeus d'un éclair m'a frappé,

c'était pour pouvoir mieux vous griller.

Et puis cette période orageuse,

c'est une manne précieuse.

 

Elle me permet de donner vie à mes chers créations.

D'adorables créatures que l'on nomme abominations.

Je peut vous assurer que la foudre est de premier choix,

car ceux qui ont croisés mes petits, en sont mort d’effroi.

 

À chaque fois, je les retrouve frustrés

de ne pas avoir pus un peu s'amuser.

Je sais, c'est un métier qui de nos jours se perd,

les fabriques de monstres, on en vois plus guère.

 

C'est qu'aujourd'hui on en à plus l’utilité,

puisque pour effrayer les gens, on à la télé.

N'importe quel délinquant pour peu qu'il passe aux informations,

peut terroriser un pays entier, sans avoir reçut la moindre formation.

 

C'est qu'ils nous mènent vraiment la vie dure,

entre les guerres et la destruction de la nature.

La concurrence en est devenue tellement redoutable

que même Satan ne trouve plus de boulots convenables.

Repost 0
6 juillet 2012 5 06 /07 /juillet /2012 11:51

 

Parfois, il y a des moments ou l'envie

ne fait pas partie du programme du jour,

et jusqu'au soir elle nous tourne autour,

mais dès qu'on l'approche, elle s'enfuie.

 

Alors on reste prostré là sans passion,

traînant laborieusement des pieds

sur un parquet largement rayé,

traçant un chemin entre le frigo et le salon.

 

On reste imperturbable à regarder ce qui est dehors,

en espérant apercevoir un timide rayon de soleil

qui percerait les nuages qui encombrent le ciel,

apportant un brin de chaleur pour alimenter notre corps.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
5 juillet 2012 4 05 /07 /juillet /2012 10:35

halo

Le soleil, jaloux s'est montrée dans toute sa splendeur,

en s'auréolant d'un magnifique halo de couleurs

pour que je lui consacre un petit poème

et que je le photographie avec sa traîne.

ici cache c

Il est venue recouvrir mon univers

d'une bulle suspendue dans les airs.

Puisque je ne voulais le regarder,

il allait par cet artifice m'y forcer.

plic ploc

Jetant par ci et par là, à son gré

dans le ciel, des taches colorées.

Mais même si un jour, il devenait rouge de colère

il y a de vaporeux serpents qui peuvent le faire taire.

dragon

Langues de nuages évanescents

troublants sont regard brûlant.

Suivis de leurs sombres grands frères

l’effaçant pour déverser leur colère.

sunred

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 11:08

 

balle

J'ai attrapé au rebond,

un bien curieux ballon.

Mais que fait donc dame lune,

s'affolerait elle sous ta plume.

déclin

Que nenni, elle promène sereinement son regard

sur le déclin des arbres, et l'Humain qui s’égare.

Au crépuscule, à travers l'atmosphère elle rougit

devant le spectacle de ce que nous avons détruit.

ronde

Mais pour celui qui patiente,

elle sait se montrer charmante.

Et on en tombe des nues

à l'approche de sa venue.

gros temps

Que l'on devine sa présence

cachée sous des nuages denses,

qu'elle décide que l'on ne puisse la voir

en devenant pour une nuit, lune noire,

tombe

qu'elle soit croissant ou toute ronde,

qu'elle soit rousse, brillante ou blonde.

Enfant sortie du sein de notre planète terre,

elle est notre trait d'union par delà les mers.

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
3 juillet 2012 2 03 /07 /juillet /2012 14:19

 

Je suis allé racler dans le fond des tiroirs,

fureter dans les recoins de tout les couloirs.

Mais je n'ai pas trouvé la moindre idée

dans les méandres de mon cerveau torturé.

 

Alors je me suis plongé dans d'autres lieux,

ceux qui nous portent la nuit vers les cieux.

Mais dans mes rêves il n'y avait que du brouillard,

et deux trois ombres damnées des idées noires.

 

Comme je suis rentré de ses voyages bredouille,

je n'ai posé sur mon cahier que des gribouilles.

C'est pour cela que posé devant mon clavier d'ordinateur,

je vous explique pourquoi je n'ai rien pour vous faire peur.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche