Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
27 avril 2012 5 27 /04 /avril /2012 15:58

 

Aujourd'hui j'ai eus une curieuse panne de plumard,

on m'a dit qu'il fallait aller sur Mars et ça repart.

Alors je me suis rendu à la gare pour acheter un billet de train,

vus qu'avec eux c'est possible, mais ils n'allaient pas aussi loin.

 

 

je me suis résigné vus que ce gars c'est plus fort que toi,

donc pour éviter le double effet pas cool, je suis partit de là.

Pour aller acheter du pain, du vin ….

et c'est parce que je le vaux bien.

 

Après je suis allé chez grand-mère, puisqu'elle fait du bon café,

m'enfin, pas si sûre, vus que grand-père est mort empoisonné.

Alors je me suis dis, juste fait le,

débarrasse toi de tout ces vieux.

 

Puisqu'un gros couick on en à une énorme envie,

j'ai pensé que je devais écouter ce que l'on me dit.

Mais on m'a prévenus qu'il n'y avait pas de fêlés chez l' eus-tu cru,

et que la fraîcheur de vivre n'était pas réservé qu'au jeunes trou du cul.

 

Donc j'ai dis salut l'ami je vais retrouver mon petit déjeuné.

Puisque l'on ne peut plus manger ni trop gras ni trop salé.

Pour les mauvaises langues qui diraient que la pub m'a marqué,

je leur dirais que ce n'est pas possible vus que je n'ai pas la télé.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
26 avril 2012 4 26 /04 /avril /2012 15:45

 

Ce texte contient des propos choquants à lire,

c'est pour cela que vous devriez le fuir.

 

 

Il est donc interdit aux enfants, pour qu'ils gardent bonne mine,

mais il est aussi déconseillé à toutes les accrocs du shopping.

 

 

 

Quoi, vous n’êtes pas encore partis,

bon et bien bonne lecture les amis,

 

et accrochez vous bien à votre carte bancaire

car il se pourrait qu'elle ne se laisse plus faire.

 

 

 

 

Je prépare un corps expéditionnaire,

non pas pour aller faire la guerre,

mais pour me rendre dans un centre commercial

car je dois y effectuer un achat un peu spécial.

 

Il me faudrait un nouveau pantalon,

le mien, il est usé jusqu'au trognon.

Et puis, dans cette jungle impitoyable,

je ne suis pas sûr de rester convenable.

 

Car le premier qui me bouscule,

je lui rentre la tête dans son cul,

et si un vendeur me saute sur le paletot,

je suis bien capable de lui peler la peau.

 

C'est pour cela que j'ai formé des gardiens,

pour éviter de me retrouver face aux humains.

S'en est devenu quelque chose d'insupportable

de marchander avec la nourriture hors de table.

 

Donc, comme je vous le disais tout à l'heure,

j'ai formé deux nains des cavernes comme éclaireurs,

ils cherchent le magasin de frocs,

et en informent les trolls des grottes.

 

Ils trouvent le passage qui y mène par les égouts,

en m'évitant de me retrouver au milieux du ragoût.

Quand c'est fait, j'envoie alors deux zombis

maquillés, avec des molosses pas très gentils,

 

et un vieux vampire avec en laisse son charmant loup-garou,

pour dissuader d'entrer, lorsque j'essaye un pantalon à mon goût.

Comme ça dans le calme je peu faire mon choix,

en évitant le chaos et les hurlements d'effrois.

 

Lors de ma décision, c'est Lilith qui s'occupe gentiment du vendeur,

elle est sensée éviter l'altercation, mais elle à ses sautes d'humeurs.

Par contre à la caisse ça se passe toujours bien,

elle est si radieuse une carte bleue dans les mains.

 

Quand nous voilà de retour sain et saufs au donjon,

on fait la fête pendant que j’exhibe mon pantalon.

Rassurez vous, il est quand même assez rare que je fasse des achats,

mais avant d'y aller, pour que ça se passe bien, je sacrifie toujours un chat.

Repost 0
25 avril 2012 3 25 /04 /avril /2012 11:06

 

J'ai créé une fille que l'on ne voit pas,

mais en la lisant, on peut la toucher du doigt.

Elle n'a pas encore d'histoire,

mais vas y vivre son exutoire.

 

Elle n'a malheureusement pas la parole,

mais en dit long, dans ses paraboles.

Elle s'obstine à rester dans la marge

pour que je la déplace en pleine page.

 

Sa personnalité à se stade naissant est incertaine

et s'affirmera au cour de son aventure de bohème.

Mais déjà elle me tarabuste pour que je la fasse vivre,

dans les nombreux paragraphes qu'il me reste à écrire.

 

Peur de la décevoir sur son existence,

même si elle n'est que mots sans essences.

Je la désire, et veux qu'elle s'éveille mais en tremble devant cette idée,

comment prétendre inventer une femme et le fond de ses pensées.

 

Déjà que les miennes ne sont pas toujours très claires,

quel espoir ai-je de pouvoir lui offrir des pensées singulières.

Car je ne veux pas avoir dans mon histoire

une godiche qui se perd dans un couloir,

 

et qui court vite s'enfermer dans une pièce sans issues

lorsqu'un gangster essaye de lui mettre le grappin dessus.

Il faut que je la fasse intelligente, pas trop, sinon j'en serais jaloux,

et puis elle ne s'en laissera pas découdre, elle sera rendre les coups.

 

Maintenant, il faut que sa destinée avance,

mêlé à la recherche d'un passé trop rance,

et d'un malheur qui va la toucher

alors qu'elle n'est pas encore conté.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
24 avril 2012 2 24 /04 /avril /2012 11:23

 

Attention, ce texte contient des propos choquants,

c'est pour cela qu'il est à lire avec des gants.

 

Il est donc interdit aux enfants

et à ceux qui ont voté inutilement.

 

 

Pour les autres, accrochez vous à votre carte d'électeur,

car dans cinq ans je vous propose un candidat à la hauteur.

 

 

Je me prépare déjà pour la prochaine campagne électorale,

je veux présenter mon candidat aux élections présidentielles.

Mais ce n'est pas du goût de notre cher ami Satan,

car les politiques actuels pervertissent tant d'innocents.

 

J'ai passé du temps pour le raisonner,

mais il est tellement ancré dans le passé.

Il est persuadé que les hommes du gouvernement

feront beaucoup pour lui si il est bien patient.

 

Mais il a finalement finit par accepter

d'aider à la campagne et de la financer.

Je l'ai rassuré en lui confiant que son fils

avait choisit comme conseillé Apophis.

 

Pour la communication et couper court aux rumeurs,

j'avais pensé à engager pour les tenir, les trois Moires.

Pour le look et la présentation de notre candidat,

j'ai proposé à Aphrodite qui s'en ai fait une joie.

 

Pour la production des tracts à imprimer,

on à mis au travail les âmes damnées.

En décor de notre slogan de campagne,

on à trouvé une ferme dans la montagne.

 

En réalité, c'est plutôt un vieil abattoir,

ça fait un fond qui tranche dans le lard.

Avec bien sûr, en premier plan, son visage angélique,

et un petit sourire qui devrait faire péter les statistiques.

 

Avec sa phrase choc, en mot d'ordre,

''ils se balanceront au bout d'une corde''.

Rien qu'avec ça on devrait rafler toutes les voix de la droite,

avec quelques propositions pour séduire les autres primates.

 

Bon, je vous accorde qu'il y ai des chances non négligeables

pour que ça devienne une gouvernance à vie, non négociable.

Mais le meilleur, c'est que tout le monde pourra devenir bourreau,

bien sûr, sous la supervision d'un démon assermenté du bureau.

 

Je ne sais pas ce que vous pouvez en penser,

je crois que l'on a toutes les chances de gagner.

Nous, on se régale déjà de savoir tout ces électeurs

qui pendant cinq ans vont encore subir leurs erreurs.

 

Tiens, à propos, on vient de préparer la demeure d'été

réservée à ce bon vieux DSK pour passer son éternité.

C'est un désert mort, recouvert de vieux culs en décomposition

qu'il ne pourra pas refuser vus qu'il sera en perpétuelle érection.

 

Moi et mes amis on à du pain sur la planche,

pour préparer la campagne de la revanche.

C'est pour quoi, je dois vous abandonner à votre triste sort,

alors rendez vous dans cinq ans, ou avant si vous croisez la mort.

Repost 0
23 avril 2012 1 23 /04 /avril /2012 13:20

 

Je suis en état de couette,

et me suis transformé en édredon.

Je veux pas voir le baromètre,

ça me donne d'avance des frissons.

 

L'océan de nuages s'est tout drapé de noir,

sur le monde s'étend un rideau de pluie.

La journée juste entamée se prend pour le soir.

J’entends le rappel sonné par mon lit.

 

Au ralentit, mes pieds vont à la rencontre des mules,

car un cri vient de me déchirer le nombril,

qui me dirige vers son but comme un somnambule,

pour ma première tasse à l'arôme subtil.

 

En lutant difficilement à ouvrir les persiennes,

un vent glacial lèche mon corps.

Vite sous la douche pour soulager mes peine.

Le retour à la vie sous le jet d'or.

 

Un petit déjeuné bien copieux,

quelques notes sur un air de classique,

et voilà je me sent mieux,

je retrouve enfin mes draps, en musique.

 

Pour me replonger en hibernation,

jusqu'aux prochains rayons de soleil,

qui fera renaître le printemps pour de bon,

que je sorte de cet état de demi veille.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
22 avril 2012 7 22 /04 /avril /2012 10:13

 

Je suis allé glisser ma petite enveloppe

dans la boîte à souhaits.

J'y ais demandé que l'on écarte les despotes

du gouvernement Français.

 

Dès demain, deux finalistes vont s'égosiller

tel des camelots ambulants

pour essayer de nous vendre leurs vieilles idées

et nous faire grincer des dents.

 

On se précipitera donc au deuxième tour

pour pouvoir les faire taire.

Et partir pour cinq années de calembours

qui devrait au moins nous distraire.

 

Vus ce que nous prépare l'avenir,

je lui souhaite bien du courage

au prochain candidat qui va sortir

il aura besoin d'un gilet de sauvetage

 

pour ne pas se noyer dans le travail

qu'il aura pour rattraper le bordel

laissé par les hordes de chacals

qui se sont gavés jusqu'au oreilles.

 

Sur ce, votez citoyens,

et mettez plutôt une feuille blanche

si vous ne savez pas bien

lequel à la patte avec le moins de taches.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
21 avril 2012 6 21 /04 /avril /2012 10:37

 

Là bas, au pays des songes,

tout n'est que mensonges.

L'intrépide n'a pas de mérite,

le miséreux est une pépite.

 

Le terrible dragon

n'est qu'un puceron,

l'insignifiant cloporte

est en fait un despote.

 

Ou une simple petite fleur

devient un balais de couleurs.

Ou les rivières s'écartent en saluant

pour laisser traverser les passants.

 

Alors quand le lapin

vous prend par la main,

transformez le vite en boule de peluche

avant qu'il ne s'empare de votre paluche.

 

Mais surtout profitez, en riant.

Chevauchez sur les ailes du vent,

remodelez la face de la terre

en mosaïque de bleu et de vert.

 

Devenez un titan parcourant la galaxie,

visitez les châteaux en étant une souris.

Mais n'oubliez pas de rêver,

sinon, on finit par sombrer.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 11:02

 

Les gros porcs du gouvernement

me donnent envie de gerber,

leurs mensonges sont révoltants,

ils nous prennent pour des tarés.

 

Mais un espoir naît en nos cœurs

à chaque élections,

on espère apercevoir une lueur

dans leurs propositions.

 

Moi je rêve d'une vraie révolution

sans violence, juste à voté.

Alors je me fait donc une raison,

et me dis quitte à gagner,

 

je vais prendre aussi un loto,

j'ai presque plus de chances

de voir sortir les bons numéros

que de changer la France.

 

En attendant que l'un des prétendant au trône,

ouvre enfin les yeux sur la réalité,

voit les horreurs commises, se repend et prône

un retour à la vie pour toute l'Humanité.

 

J’attends le tirage des jeux

pour savoir si l'un des deux à gagné,

vais-je resté pauvre mais heureux,

où riche en me préparant à me casser ?

 

Ok, sûrement comme d'habitude,

comme la chance ne me connaît pas,

alors je vais rester sans thunes.

Avec un président que je n'aimes pas.

 

mais bon, on à quand même encore le droit de rêver, alors ne nous en privons pas.

 

 


 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
19 avril 2012 4 19 /04 /avril /2012 12:28

 

Aujourd'hui les petits singes qui écrivent mes textes

ne m'ont rien proposer à vous soumettre, sous prétexte

que ma tête ne les a pas motivés,

et qu'ils n'ont plus rien à noter.

 

Comme je ne voulais pas vous priver de lecture

je vous laisse ces quelques mots en pâture.

Juste des haïkus

de rien du tout.

 

Le soleil qui plombe

se cache derrière les nuages.

Ploc, une goûte tombe.

 

Une cascade d'eau

se déverse devant la porte.

Brr, je reste au chaud.

 

Timide rayon

perce le ciel nuageux.

Douce sensation.

 

Réveil au doux chant

du rossignol qui parade.

Piou, c'est le printemps.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 10:26

 

Un cerveau en décomposition.

 

Néant aux portes du bastion.

 

Jonctions neuronales.

 

Oxymore cérébral.

 

Une idée vide.

 

Redoute un bide.

 

Nébuleuse cohésion.

 

Enrobe l’interprétation.

 

Unilatérale.

 

Théâtrale.

 

Routine.

 

Enfantine.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche