Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2012 7 26 /02 /février /2012 11:54

 

Sur une belle frégate j'ai pris la mer,

pour partir vers l'inconnu faire la guerre.

On m'a dit, viens p'tit gars, plus loin y a les Dardanelles,

tu verras, ce détroit, et ses côtes sont sûrement les plus belles.

 

Ce que j'y ais vus en arrivant c'est la nuque de mes camarades,

tous entassés sur le pont, à trembler au son des canonnades.

Je ne me souviens vraiment plus trop comment,

se sont retrouvés écrasé ceux qui étaient devant.

 

Ni pourquoi je me suis retrouvé dans l'eau,

accroché à une planche en guise de radeau.

Je me souviens avoir vus y flamber

les navires qui tentaient d'y pénétrer.

 

Ah, que les quelques rescapés furent soulagés

de pouvoir enfin sur la grève mettre les pieds.

Mais, montant le cœur gros, aux fortifications,

ils rejoignirent le sort de leurs compagnons.

 

Mon dieu, qu'elle était bien rouge cette colline,

autant que l'eau ou y flottait les premières lignes.

Marin rentrant misérablement à pied pour Salonique,

j'y suis resté à terre, pâtre s'occupant des biques.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
20 février 2012 1 20 /02 /février /2012 12:14

 

Vous ne pouvez survivre en milieux hostile,

sans en connaître les les bases les plus utiles.

D'abord, quand vous pénétrez dans la jungle urbaine,

être attentif à ne pas se noyer dans la marée humaine.

 

Il y a des périodes qu'il faut éviter,

car elles sont propices au danger.

Par exemple, celle prénommée ''Soldes'', où déboule,

des troupeaux hystériques, créant des mouvements de foule.

 

Mais il y a aussi les manifestations,

moins dangereuses si on fait attention.

Car le mouvement de ces troupes est bien plus lent,

mais y serez broyé si vous ne vous écartez pas à temps.

 

Surtout, que ces groupes beuglants ont leurs prédateurs,

qui ne feront pas de différence si vous êtes coincés à l'intérieur.

Ils encerclent tranquillement le cheptel, et attaquent,

en enfumant les individus, les finissant à la matraque.

 

Parlons maintenant, de tout autre chose, des parasites,

associations, religions, mendiants qui s'accrochent et insistent.

Ceux là, ils se faufilent dans votre sillage,

essayant de vous vampiriser au passage.

 

Évitez juste de les regarder dans les yeux,

ça les excitent, et les rend très hargneux.

Si un seul d'entre eux vous immobilise, ne serais-ce qu'un instant,

alors vous êtres perdu, car ils vont s’agglutiner en vous étouffant.

 

Voilà, ce n'était qu'un petit rappelle, un avant goût,

de ce qui vous attend si vous y allez malgré tout.

Mais surtout rappelez vous toujours que c'est une zone risquée

si vous y entrez, gardez en tête que les créatures que vous croiserez,

 

sont toutes méfiantes et assez craintives,

ce qui les rend particulièrement agressives.

Le truc, c'est du temps de votre traversée,

de ne surtout pas vous mettre à parler.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
15 janvier 2012 7 15 /01 /janvier /2012 12:07

 

 

la magie par la plume.

 

___suite...

 

Voyant, après cette expérience transcendantale,

le visage de la fille s'éclairer,

devant les propos de ce personnage détestable,

il se sentit comme déchiré.

Comprenant que de ce rival,

en ce monde il ne ferait pas le poids,

sur ce sentiment il quitta la salle,

repartant avant qu'elle ne le voie.

Dehors, sous la pluie il marcha,

et de se poids voulu se défaire.

Par le pouvoir, se sentiment enfla,

et il relâcha cette pierre.

Avec elle il laissa sa magie,

qui libérée, vers son autre partie fila,

il partit en laissant derrière lui sa vie,

avec le temps et l'éloignement il oublia.

 

Cependant, à l'instant ou il partit,

dans la salle une intention se fit jour

au cœur de la fille qui alors pensa à lui,

et dans la foule chercha ce troubadour.

Ne le voyant point elle fut déçue,

elle espérait tellement de ce garçon.

Mais quelque chose brouilla sa vue

et une vague d'étranges émotions

qui la clouèrent un instant

quand le sort du jeune arriva

et vint se loger en dedans

rejoignant l'autre partie de l'aura.

Elle sentit son cœur brûler,

et d'un cris écrasa

ceux qui avaient participé,

et toute la rage éclata.

Elle s'envola et dans son essor,

dévasta l'espace et les esprits

dans le décharnement du sort,

qui était trop grand pour une vie.

 

Pour pouvoir calmer la colère,

elle partit loin du monde.

Et depuis, longtemps elle hère.

Un jour, se reposant près d'une tombe,

elle vit un homme qui balayait.

Il avait un air triste et fatigué.

Sans comprendre ce qui se passait,

elle ressentit une émotion refoulée,

et le feu à l'intérieur se tari,

reconnu alors le garçon qui écrivait,

alors sereinement, s'approcha de lui.

Car enfin en elle régnait la paix.

 

C'est alors qu'il la vit aussi,

la magie partit retrouver sa place

ils se saluèrent tels de vieux amis,

et le sourire revint sur leur face.

 

 

  ...FIN.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 10:54

 

 

Ceci commence comme une histoire banale,

avec deux personnes qui ne se connaissent pas encore,

un homme par la faute de qui arriva le mal

et un pouvoir qui attendait depuis longtemps d'éclore.

 

Tout débuta par un beau matin d'hiver.

Une affichette était en train de se faire placarder,

dans la neige, un objet insolite sortait de terre

et en son sein un pouvoir était en train de se réveillé.

 

Il avait patienté des siècles

en attente de ce moment,

celui où deux êtres

s'approcheraient un instant.

 

Lui était un jeune homme ordinaire,

elle était une femme pleine de grâce.

D'instinct, comme si ils s'étaient vu hier

ils se parlèrent le la vie bien lasse

qu'ils avaient depuis enfant.

Et dans un mot ils virent de l'espoir,

ils furent aspirés par ce sentiment

à l'intérieur de l'artefact d'ivoire.

Pour transmettre les deux parties de son savoir,

à chacun une image de la littérature.

Des mots ils eurent le pouvoir.

Devant ce tract ventant un concours d'écriture.

Ils se regardèrent un peu groggy,

et se promirent d'aller

s'inscrire à cette joute d'écrits

et ensemble y participer.

 

Ce fut une potion magique

qu'à eux deux ils créèrent.

Leurs mots firent une rythmique,

qui transporta l'assemblée entière,

pour un voyage dans l'infini,

flottants au dessus d'un parchemin

ils découvrirent des galaxies,

s’arrêtèrent sur une lune d’airain,

combattirent une armée de tyrans.

Sous leurs doigts naquirent des vers

qui écrasèrent ces mutants.

Ils peignirent un nouvel univers,

aux brimés de ce mal,

et avec eux s'extasièrent

sur la diversité des étoiles

les baignant de leur lumières.

 

De ce monde ils repartirent

pour plus d'aventures extraordinaires,

de balades et de souvenirs

sur le chemin du retour à la terre.

 

Tous saluèrent leurs exploits.

De ce moment littéraire

qui les avaient laissés pantois

et fait naviguer en mercenaires

dans le méandre du cosmos

ils se sentirent plus vivants que jamais.

Chacun eut pour eux des mots

les plus élogieux qu'ils pouvaient.

Un homme puissant dans l'assemblée

pris un instant la fille à part

et lui présenta une vie rêvée

car il pouvait tout lui avoir.

 

___à suivre...

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:51

 

Désolé, mais aujourd'hui je n'ai pas envie d'écrire,

pour la peine, j'ai fait quelques gribouillages, que je vous impose,

ouais, il est fou, et en plus il ne sait pas dessiné,

non mais tu as déjà vu un poisson chien avec cette gueule ?

 

poisson chien

 

 

Et ton espèce de chameau, il n'aurait pas des airs de déjà vu, avec sa vilaine cigarette, il ne pourrait

pas avoir un bon verre de vin, ce serait plus correct !

 

kamé elle

 

 

Non, non, ne te dérobe pas dans la brume, c'est pas la peine de cacher ta fainéantise derrière quelques gribouillis sans talent, ou sont tes rimes, tes histoires, hum !!!! c'est pas du grand art mais au moins ce n'est pas des mots sans saveurs que tu dépose parfois, alors que ces temps ci, je soupçonne une envie de voyage dans des mondes sans substances, sans humains et sans se fatiguer.

 

 

 

 

enquète dans la brumecube flotant

 

 

Tiens ? Après cette note, vous n'avez plus de lecteurs ! Ah ! Ça tombe bien, parce que taper mes textes au clavier c'est long et laborieux, si seulement les mots pouvaient sauter du cahier à l'écran, se serait encore un truc pour devenir encore plus fainéant !!!!

 

Bon, ok, je vais continuer à écrire, mais comme tout le monde, j'ai une vie... ah ? Heuu.. et bien non ! mouais, mais ce n'est pas une raison pour écrire chaque jours des notes de douceurs !

 

Tiens ! Si je veux, je fais comme aujourd'hui, je n'écris rien.

Qu'est ce qu'il y a ? vous n’êtes pas content, ça ne vous plais pas, et bien c'est la même chose, non mais, je suis chez moi ici, alors le premier qui râle, je le compresse, le hache menu, et le recrache sur le réseau, alors toujours envie de me chercher des poux ?

 

Ouais ouais, je vois, on fait moins les malins on a peur de finir entre mes lignes, et puis je n'ai pas de poux, je n'ai pas trouvé de scalps pour en élever.

 

Bon et bien sur ce à plus, et pour les plus téméraires, c'est dans mes dessins.

Un peut d’indulgence, je ne suis qu'un pauvre hère qui laisse sa tête de côté, et ses mains divaguer.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 13:06

 

On y est, cette année, c'est la révolution,

car enfin, arrivent les élections.

On va se précipiter aux urnes,

pour soulager notre amertume.

 

Élire un nouveau chef d'état

au intérêts aussi vils et bas

que les groupes d'industriels

qui les ont pris sous leurs ailes.

 

Pour rester figé dans le passé

avec un système trop périmé.

Mais les médias veillent au grain,

et nous aiguillent sur le chef de demain.

 

Si vous ne voulez pas que ça change,

écoutez les, et suivez le chemin de la fange.

La révolution, les autres la feront bien,

aller, met les infos, on verra ça demain.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 14:27

 

Bonjour à tous,

On arrive à la fin d'un cycle.

Ne le pleurez pas car

Nous allons en commencer un nouveau

Enchanteur à souhait.

 

Avec une promesse de fin du monde,

Négociée avec les oracles du cinéma.

N'écoutons pas leurs délires,

Et employons donc notre

Energie à faire la fête !

 

Deux anges au grand cœur

Mille voeux ils vous offrent pour

Douze mois de plaisirs !

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
22 décembre 2011 4 22 /12 /décembre /2011 12:02

 

Voici la fin du petit conte de noël, en espérant qu'il vous aura plu.

Bonne lecture.

 

Promenade en forêt.

 

 

...suite...

 

 

En continuant mon chemin, je me suis retrouvé à un croisement.

Devant moi se dressait un vieil arbre, et de chaque coté serpentait un sentier.

Je vis que le vieil arbre m'observait avec de petits yeux placés juste au dessus d'un gros nez noueux,et qu'au dessous, une grande bouche me souriait à travers une barbe de mousse.

« -Et bien petit homme, tu as un problème sur le choix du chemin que tu vas prendre? me dit il d'une grosse voix caverneuse en riant.

-Je ne pense pas, car je vais faire demi tour et rentrer chez moi, il commence à se faire tard, dis-je en m'émerveillant devant ce nouvel enchantement.

-Oh! je vois, et tu pense pouvoir prendre le chemin à l'envers ? dit il en riant de plus belle.

-Et pourquoi pas ? demandais-je.

-Et bien vois tu, dans cette forêt personne ne revient sur ces pas, tout le monde avance.

Même si tu rebrousse chemin, tu avanceras sur une autre voie, car le sentier ne sera plus le même.

Retourne toi,et vois par toi même ! »

En me retournant, je vis que le chemin que j'avais pris pour venir s'était séparé en deux.

Le gros arbre rigolait derrière moi,et lorsque je retournais vers lui, il me dit:

« Et oui, parfois il y a un choix à faire, souvent même m'a t’ont dit.

Personnellement je ne voyage pas beaucoup, mais j'écoute et vois ce qui se passe autour de moi depuis plus de quatre siècles, j'en ais vus des choix, et pas souvent de bons, et maintenant c'est l'heure du tiens, et tu à tout le temps pour te décider car chacun te mènera à un point, mais aucun te mènera sur deux endroits !  » Et il se mit à rire plus fort.

« -Ça alors ! mais comment vais-je pouvoir rentrer chez moi?

-c'est simple ,me dit-il, il suffit d'aller de l'avant. L'un des chemin devant toi te mènera peut être au royaume des fées,et l'autre avec de la chance, à ta demeure. »Et il se remis à rire !

Si je me trompais de route, je risquais de me retrouver piégé dans cette forêt pour encore un long moment. Les réponses de cet arbre n'étant pas très claires, je pourrais parler avec lui pendant des heures sans avoir la moindre indication sur ma destination.

Je me sentais perdu, et commençais à me demander si je pourrais vraiment ressortir d'ici.

C'est alors que je sentis quelque chose frémir dans ma poche.

J'y plongeas la main, pour en ressortir l'aiguille d'or offerte par la reine des lucioles et que j'avais complètement oubliée. Je la déposa délicatement dans la paume de ma main, et tendis le bras en direction des chemins et lui demanda à voix basse de me montrer le chemin de ma maison.

L'aiguille se pointa sur le sentier de droite en scintillant de mille feux. Content, je venais de trouver la piste que je devais suivre.

« -bon retour chez toi petit homme, et passe donc me voir de temps en temps, car on se sent souvent seul quand on est un vieil arbre comme moi qui ne peu se déplacer, et au revoir. me dit il en me faisant un grand sourire.

  -Merci monsieur l'arbre, je ne manquerais pas de venir papoter, et bonne fin de journée à vous. »

Le chemin du retour fut bien plus court, quelques animaux me saluèrent au passage à qui je répondais courtoisement. Comme si la forêt entière était déjà au fait de ma présence.

Lorsque je sortis enfin ce ce lieux, le soleil était en train de se coucher. Je me dirigeas vers ma maison en contrebas, et me retourna avant de rentrer.

Le passage qui sortait de la forêt avais disparu, et les fourrés étant si denses qu'il aurais été impossible de repasser par là, comme si il n'y avais jamais eut de passage à cet endroit.

Encore grisé de cette journée, une main dans la poche a serrer mon aiguille, je dansais de joie en regagnant mes pénates.

 

...FIN.... du moins pour l'instant...

 

 

aller, passez de bonnes fêtes, et pour finir, une dernière petite chanson...

des fatals picards...pour rire un peu.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 12:33

 

Voici la suite, comme promis, de mon petit conte de noël, bonne lecture.

 

 

Promenade en forêt,

...suite...

 

 

Oh ! et puis,ces bois qui s'étendent derrière chez moi, tout le monde s'accorde à dire qu'ils sont spéciaux, il est temps d'aller voir ça par moi même.

Et sur ces réflexions, je suivis le chemin qui serpentait entre les arbres.

Après avoir marché pendant bien dix minutes sans rien voir de spécial que le sentier et des arbres qui n'avaient rien de magiques, fatigué, je m'assis pour me reposer.

A deux pas de moi, là ou je m'était arrêté, se dressait un majestueux sapin aux aiguilles or et argent, ou au bout des branches poussait de grosses pommes de pin rouges.

« -Ah ! ça alors, c'est le plus beaux des sapins que je n'ai jamais vu ! M’exclamais-je.

-Merci beaucoup jeune homme, me dit une petite voix. »

Ce qui me fis sursauter, et je me rendre compte que je parlais tout seul.

« -Qui me parle ? demandais-je timidement.

    -Moi !

    -Moi qui ? et ou est tu ? répondis-je

    -Je suis devant toi, regarde bien. »

En m'approchant du sapin guidé par la petite voix,je la vis;une luciole avec une grande traîne que l'on aurai crut faite de centaines de minuscules étoiles.

« -bonjour, lui dis-je,qui êtes vous ?

-bien le bon jour, me dit elle, je suis la gardienne de cet arbre, et la reine des lucioles. Comme tu aimes mon sapin, je t'invite à revenir quand tu le désirera pour voir le balais de lumières que nous organisons chaque soir dans cet arbre.

Les grillons viennent avec les cigales pour y chanter.

Nous serions ravis de t'avoir avec nous pour admirer les fées et les lucioles danser sur cette musique. »

Elle s'inclina pour me saluer, et me tendis une aiguille dorée qu'elle tenais dans ces pattes, et me dis:

« -Prend cette aiguille, et garde la précieusement,elle te permettra de retrouver ton chemin si tu te sent perdu dans notre forêt, et elle t'ouvrira des passages pour pouvoir y rentrer de nouveau. Passe une bonne journée.

-merci majesté et passez une bonne journée vous aussi.»

Sur ce,elle partit au cœur de l'arbre d'une démarche traînante.

Je mis l'aiguille dans ma poche et ravis de cette rencontre je repris ma promenade si singulière.

Peut après, je croisais encore d'autres enchantements;

une réunion de champignons qui changeaient de couleurs chacun leur tour;

une famille de souris bleue qui me passa devant en se disputant pour savoir qui aurait le dernier mot pour le repas du soir;

quelques pas plus loin, deux kangourous boxaient au milieu d'une foule d'animaux de toutes plumes et de tout poils qui pariaient sur leur champion.

De voir toutes ces merveilles, j'étais aux anges. Heureux, je repris ma balade.

 

 

à suivre...

 

aller, une autre chanson pour se changer les esprits avec les fatals picards.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
20 décembre 2011 2 20 /12 /décembre /2011 11:53

 

Bonjour à vous cher lecteur, pour ces fêtes, voici mon petit conte de fin d’année,

je vous propose de venir avec moi voyager dans ma forêt enchantée.

 

À tous, petits et grands je vous invite dans l'univers de ma magie.

Installez vous confortablement, ouvrez votre esprit et bonne lecture.

 

 

Promenade en forêt.

 

 

C'est en suivant cette abeille allant de fleurs en fleurs pendant ma promenade, que j'ai découvert une clairière à l'orée de la forêt qui s'étend derrière chez moi et qui permet de s'y aventurer.

En entrant dans cet espace, je vis l'abeille me faire un clin d’œil avant de s’envoler vers le soleil.

Je me suis dis,là mon gars tu perd la tête.

Mais j'étais tout de même décidé à traverser la clairière et à rentrer dans la forêt. Alors je m'engageas sur le sentier qui cheminai en direction de deux gros arbres qui semblaient sortir tout droit d'un décor en sucre.

Au deuxième pas, je m’aperçus que de partout dans la clairière poussait des fleurs de toute les couleurs et au parfum rappelant les odeurs fruitées des marchands de bonbons.

Tout autour de moi dansaient des milliers de papillons arc-en-ciel qui semblaient se confondre avec le paysage.

Arrivé au pied des arbres, ils me semblèrent normaux, à part une douce odeur de caramel.

Le sentier paraissait avoir été dessiné par la forêt elle même. Je m'y engageât à pas prudents.

C'est alors qu'un écureuil s’assit devant moi au milieu du chemin.

Il me regarda et me dit:

« -Bonjour, je suis un gardien des sentiers, et si tu veut te promener dans la forêt des animaux, tu ne dois rien cueillir, ni tenter d'attraper aucun de nous. »

Je restais cloué sur place, bouche ouverte, les yeux écarquillés en hochant de la tète.

L'écureuil me dévisagea et me demanda :

« - est-ce que tu vas bien ?

-heu !oui ?, lui dis-je en sortant de ma torpeur.

-Alors tu m'as compris?

-oui c'est d'accord. Mais, tu parle comme moi ou est ce moi qui me suis mis à parler écureuil?

-touts les animaux parlent, mais tu ne peut pas les comprendre avant d'être passer par cette forêt.

Si tu les respectent et sais écouter, lorsque tu partiras d'ici, tu comprendras les animaux.

-Merci monsieur l'écureuil, et bonne journée. » lui dis-je en le voyant repartir à travers le feuillage des arbres.

Juste de repenser que je venais de parler à un écureuil me fit me demander si je n'étais pas devenus un peu fou ? Oh, et puis, me dis-je, cette forêt est spéciale, je n’ai jamais pus y rentrer jusqu'à aujourd'hui, pourquoi ne serait elle pas enchantée après tout.

Et sur ces réflexions je suivis le chemin qui serpentait entre les arbres.

 

...à suivre...

 

 

aller, pour finir, une touche de musique et de rire avec les Fatals picards

 

 

 


Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche