Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 10:40

 

Dans un bateau navigant

sur un fleuve de sang,

allumée en mémoire de l'humanité

une bougie finissait de se consumer.

 

S'éteignant avec elle le souvenir

de ce monde que l'on à fait périr.

Ne laissant qu'une étendue stérile

rougie du sang du règne animal.

 

Sa surface couverte d'ordures

masquant le sang de la verdure,

offre un bien triste spectacle

à cette flamme en débâcle.

 

Gravé en gros sur la coque

à la proue de cette barque,

« Ci-gît ce qui à vécu sur cette planète

anéantie par la cupidité de ses êtres. »

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 10:32

 

Je suis partis pour un voyage

fantastique au cœur des nuages.

En montant à bord du zeppelin

j'étais aussi excité qu'un gamin.

 

Embarquer à bord d'un engin de légende

qui d'ailleurs est de fabrication allemande,

c'est pouvoir remonter le temps,

je trouve cela vraiment fascinant.

 

Lorsque est arrivé l'heure du départ

et que enfin on à largué les amarres,

j'ai eus la sensation d'être aspiré par les cieux,

dans cet engin qui s'élevait, grand et majestueux.

 

Quand nous avons atteint les nuages

il s'est stabilisé en plein dans un orage,

nous étions ballottés entre plein d'éclairs

qui déchiraient autour de nous l'atmosphère.

 

Nous flottions sans encombres dans ce maelström

jusqu'à ce que la foudre vienne frapper une bonbonne,

qui à secoué l'ensemble de l'engin

blanchissant le visage de certains.

 

Le souci, c'est que si on ne veux pas que l'hydrogène flambe,

il vaut mieux éviter qu'une étincelle ne s'approche des chambres.

Alors voilà, nous sommes descendu dans une boule de feu,

splendide, tel le phœnix embrasant des ses ailes les cieux.

 

Bon ok, on a un peu grillé,

et puis aussi on est tombé,

mais c'était vraiment une expérience unique

sauf si ont perd son sang froid et que l'on panique.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
6 août 2012 1 06 /08 /août /2012 11:49

 

Monde innocent de l'enfance

joyeux et plein d'insouciance

ou tout est un jeu sans pareil

et qu'un petit rien émerveille.

 

En passant par l'adolescence

ou l'on clame sa souffrance

mais que l'on à dans la tête

que sottises et envies de fête.

 

Jusqu'aux premiers amours

que l'on crois pour toujours

et que l'on prend comme uppercut

en nous faisant basculer vers l'adulte.

 

Mais une fois arrivé à mi chemin

on se comporte souvent en gamin

persuadé que les hormones

font de vous un jeune homme.

 

Et puis voilà la vieillesse

avec son lot de maladresses

ou l'on se repasse ses souvenirs

tel un vieux film avant de mourir.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 12:48

 

une grosse araignée

à voulue me dévorer,

tandis qu'un perfide serpent

sur moi se faisait les dents.

 

J'ai bien essayé de leur expliquer

que sur moi il n'y a rien à manger.

Mais ils ne prirent pas le temps

d'écouter mes divers arguments.

 

Alors, je les ais chassés

à grand coups de pieds.

La velue, fit un plongeon dans l'étang,

et l'écailleux se mordit la queue en roulant.

 

Non mais est ce que j'ai l'air d'un dîner

qui se laisserait docilement boulotter !

Il y en a décidément, qui rêvent toujours tout bien trop grand.

Quand on est une mouche, on n'essaye pas de gober un éléphant !

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
29 juillet 2012 7 29 /07 /juillet /2012 10:25

 

Entre la plume et le crayon, il y eut une bataille féroce

pour qu'ils puissent déterminer lequel deviendrait le boss.

Ce fut une bien terrible guerre

ou le papier à essuyé leur colère.

 

D'un côté, le crayon noircissait

tandis que la plume encrait.

Des mètres de vélin

se couvrirent de dessins.

 

Alors que la plume grattait rageusement,

le crayon écrasait sa mine promptement.

Mais quand l'encre fut asséchée

et que le graphite vint à manquer,

 

alors, de leurs dernières cartouches

ils en vinrent aux mots farouches.

Et des « tu n'est qu'une sale mine plombée » qui volaient,

et des « je vais te voler dans la plume »qui répondaient.

 

À plat, ils finirent leur querelle au bas de la page,

l'un sur l'autre croisés dans un dernier sursaut de rage.

Je les ais collés ainsi sur un drapeau noir,

juste en dessous d'une tête de remords.

 

Cela me fait un pavillon bien terrifiant

en mémoire de cette bataille sans gagnant.

Car tout les deux furent vaincus

par leur imagination sans retenue.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 11:47

 

Fatigue cérébrale

qui endort l'encéphale

freinant le parcours de la plume,

la rendant plus lourde qu'une enclume.

 

Faisant traîner les mots,

les rendant un peu patauds.

Mais tout cela est à cause de ce satané soleil,

il a chassé la pluie et aussi les nuages du ciel.

 

Mais c'est parce qu'il ne veut pas que l'on dise

qu'il s'était perdu au dessus de la banquise.

c'est pour cela que dans la foulée il m'a plombé,

de peur que je révèle pourquoi il avait oublié l'été.

 

En fait, son petit secret,

est qu'il se prélassait au frais.

Mais chut, il ne faut pas le dire,

il serait vexé et risquerait de repartir...

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
24 juillet 2012 2 24 /07 /juillet /2012 17:39

 

commencement sans aboutissement,

déchéance de la conscience,

chaque mot est une perte

qui met les sens en alerte.

Écrire sans réfléchir

et pourrir l'avenir.

 

Quintessence de l’absence,

une réminiscence de présence,

perdu dans l'oubli

la douleur est une amie

quand le papier se met à saigner

sous les griffures de la littérature.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
21 juillet 2012 6 21 /07 /juillet /2012 09:47

 

Inquiétude de lassitude,

prélude à l'hébétude.

Crainte d'une complainte

peinte sans empreinte.

Circonvolutions de passion

exposition à la déraison.

Blessure d'une mésaventure

dénature le futur.

Présages de sage

s'encouragent dans les nuages.

Bulles funambules

accumulent les émules.

Résistance à l'accoutumance

d'une présence à conséquences.

Imbroglio de mots

en échos des maux.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
20 juillet 2012 5 20 /07 /juillet /2012 10:44

 

je ne suis qu'une ombre qui s'allonge quand arrive le soir,

de plus en plus longue et fine, et qui disparaît dans le noir.

Je ne suis qu'un souffle d'air arrivé au bout de sa course,

qui dans son dernier élan, fait frémir le pelage d'un ours.

 

Je ne suis qu'une effluve à peine perceptible,

mais très vite entêtante et absolument terrible.

Je ne suis qu'une saveur un peu amère,

qui reste en bouche et qui exaspère.

 

Je suis les ongles qui raclent l'ardoise du tableau,

en faisant souffrir les oreilles de mille et un maux.

Je suis un songe, peut être un cauchemar,

une idée que l'on cherche à noyer au bar.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
14 juillet 2012 6 14 /07 /juillet /2012 11:23

 

Aujourd'hui c'est un jour férié,

vous ne pensiez pas que j'allais travailler.

Et puis il a tellement plu

que la mèche du pétard ne s'allume plus.

 

Et dans mon tout petit cerveau,

il y a une vilaine fuite d'eau.

Voilà, c'était pour vous prévenir

qu'en ce jour je ne vais rien écrire.

 

 

Ciel s'illuminant

de rouge, bleu, vert en étoiles

oups, c'est mauvais temps.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche