Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 décembre 2011 4 08 /12 /décembre /2011 13:22

 

Passer ni soirée ni journée,


seulement l'écoulement du temps,

 

au jour troubadour qui accours,

 

sa lumière éclaire nos misères,

 

nuit surgit en catimini,


aux ombres sans nombres furibondes


qui surgissent et s'éclipsent vices.


Balancier cassé trop usé


compte plus sur les montres il est contre


le cirque des cycles écliptique


suffit à la vie devant lui.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 11:08

 

Elle à un homme qu'elle aime

je suis heureux qu'elle ai des ailes.

Moi mon cœur est cassé

jamais plus il ne pourra aimer.

 

Il a une muse qui l'inspire

je suis content ça me rassure.

Moi il ne me reste que des bribes

d'une pensée aux espoirs hybrides.

 

Ils ont toute la vie qui s'ouvre devant eux

qu'ils doivent tracer pour être heureux.

Moi je l'ai brûlée par les deux bouts

et maintenant j'en paye le coût.

 

J'avais une vie pleine de passions

je n'ai plus que des miettes de déraison.

Vous, vous avez le monde entier à vos pieds

ne le brûler pas comme ils le font, mais de lui apprenez.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 11:47

 

Je dépose sur mes pages des mots à l'encre noir

pour créer une nouvelle vision

jours après jours pour mieux m'endormir tous les soirs

puiser les rêves dans la passion.

 

Si un jour mes mains ne puissent plus tenir la plume,

que dès lors je prenne le train

qui résonnerai comme un marteau sur l'enclume

sur les rails de ce long chemin

 

d'un grand voyage sans fin ni destination

passant par les déserts de dunes

enjambant les ravins en empruntant les ponts

dans des marais couverts de brume.

 

Et que je découvre au cœur de Pampelune

une plume écrivant mes récits

avec malice et émois à la pleine lune

jusqu'au firmament de ma vie.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 17:13

 

Aujourd'hui, rien ne sort, j'ai la tête pleine de vide.

Sur ma plume, l'encre prend le temps de sécher.

Sur le papier, les mots se sont absentés.

Dans l'encrier, les couleurs sont devenues insipide.

 

Aujourd'hui, rien n'est beau, tout est sombre tout est gris.

Sous mon crâne, mes pensées sont bien peut volubiles.

Sous mes yeux, ma main reste bien immobile.

Dans mon cœur, je cherche ce qui lentement se flétri.

 

Aujourd'hui, rien n'est dit, le néant c'est fait mot.

Du fond de mon âme, les songes font silence.

Du fond de mes idées vient une sourde déchéance.

Dans mon être, quelques braises crépitent sur un reste d'ego.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 13:00

 

Vers dans l'éther,

 

poussières dans l'univers,

 

étoiles sous le voile,

 

nébuleuses gazeuses,

 

planètes au dessus de nos têtes,

 

charivaris de galaxies

 

infinité au départ de nos pieds,

 

des millions de destinations,

 

et je erre sur la terre,

 

rêver d’attraper le faîte d'une comète,

 

et parcourir l'avenir,

 

voir les océans de Titan,

 

la beauté de la Voie lactée,

 

et son aède Andromède,

 

s'aimant avec passion jusqu'à leur fusion,

 

les merveilles des soleils,

 

se jeter tout entier

 

dans les bras d'une supernova,

 

frôler émerveillé

 

les abords des pulsars,

 

jusqu'au confins de l'incertain !

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 16:03

 

Être indicible,

sans visage,

je suis l'imbécile

et toi le sage.

 

Apprend moi sans me parler,

les mots insondables

que tu garde bien caché

en ton âme impalpable.

 

Je me sentirais grandir

de se savoir inavouable,

le plus précieux des élixirs,

connaissance inaltérable.

 

Je boirais jusqu'à la lie,

dans cette coupe de sable

les connaissances de l'infini,

se sera la fin de l'affable.

 

Je pourrais à mon tour,

passant invisible,

offrir jusqu’au petit jour,

ce trésor de fables.

 

Savoir que le vrai plaisir

est d'apprendre sans préalable

tout ce que vous offre l'avenir,

car notre temps est instable.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 17:01

 

Pourquoi tant de mots de violence ?

Se battre pour des idées,

se battre, drôle d'idée !

 

Pourquoi ne veulent-ils pas que l'on avance ?

Courir après le temps,

courir j'ai pas le temps !

 

Pourquoi toujours avancer en cadence ?

Marcher au pas,

marcher pourquoi pas !

 

Pourquoi censurer nos souffrances ?

Cacher la misère,

se cacher quelle misère !

 

Pourquoi y a-t-il tans de déviances ?

Racheter des actions,

se racheter de ses actions !

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 18:15

 

Je me réveil, je ne suis qu'un rêve,

une cicatrice, un exogène

qui viens troubler la vision.

 

Je me rendors, je ne suis qu'une trace sur la grève,

moins qu'un supplice, un anathème

qui passerait silencieusement sur le sommeil.

 

Je me lève, je ne suis qu'un élève,

qui dépose ses esquisses, les amènent

jusqu'au bout de la journée.

 

Je me repose, je ne suis qu'une brève,

un éphémère qui tapisse sur des feuilles d’ébène

des mots brefs pour ne pas perdre de temps.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
26 novembre 2011 6 26 /11 /novembre /2011 12:01

 

Ils ont levé la voile de la révolte, ils ont soufflé, soufflé dessus pour avancer sur le bitume qui lentement recouvre la mer.

Il faut ramer, oui ramer pour rentrer.

Nos chemins ne sont plus sur terre, mais à terre, à genoux les bateaux, hier aux grands mats si fiers, aujourd'hui sur le flanc comme ces baleines échouées, étouffés par l'eau surpolluée, ils essayent d'avancer, mais le vent de l'avidité les repoussent, les remets à l'eau empoisonnée.

Ils ne sont pas assez usés, ils doivent encore ramer, leur coque n'est pas suffisamment pressée.

Allons petits bateaux videz nos eaux pendant que sur la grève je me gausse de vos malheurs.

L'espoir, n'y comptez plus, je l'ai revendu pour un bon prix, on le morcellera, le pervertira et on vous le revendra à profits. Et vous, vous continuerez et supplierez de vous gaver de nos déchets putrides, et quand dans le port vous sombrerez, de vos carcasses nous sortiront des clowns pour rire de ce spectacle pour mieux vous oublier.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
25 novembre 2011 5 25 /11 /novembre /2011 16:06

 

Si parfois la vie vous semble insupportable,

prenez le temps de chercher autour de vous les choses agréables,

de ne pas oublier qu'il y a des fois des amis, des gens sociables,

qui peuvent vous apporter un peut de soutiens, qui remontent le moral.

 

Essayez de trouver quelque chose dans ce capharnaüm détestable,

peut être insignifiant mais que vous aimez, même si ce n'est qu'une fable,

ne laissez pas s'installer le désespoir, renvoyez le à l'étable.

Si vous êtes fâché avec une personne, gardez lui quand même une place à votre table.

 

Ne laissez pas en votre cœur de place pour les choses vénales,

ne gardez pas de rancœurs en vous, ça ne peut que vous faire du mal,

car quelque part il y aura toujours quelqu'un pour vous dire des paroles affables,

je sais que sur cette terre, il reste encore pour les malheureux des gens secourables.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche