Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 12:15

 

Ne sentons nous pas sous nos pieds

la terre vibrer d'un immense chagrin,

n'entendons nous pas résonner

l'assourdissant chaos et son funeste destin.

 

Sous les branches d'un arbre desséché,

ne serais-ce pas un homme mourant de faim,

ou est-ce l'écho d'un lointain passé

sinon le reflet d'un hypothétique lendemain.

 

Quel est donc la destinée

d'une espèce qui rapidement s’éteint,

serais-ce de tout brûler

pour s'assurer que rien ne survive à sa fin.

 

Ou est-ce de se démener

pour protéger ce qui n'y est pour rien.

Est-ce que vaincra la cupidité

ou l'amour et la compassion gageront enfin.

 

 

(musique : Richard Strauss "ainsi parlait zarathoustra" intro )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 11:08

 

aussi vif que l'éclair

je me faufile évitant la lumière.

Plus petit qu'un écureuil

je m’aplatit au besoin comme une feuille.

De mes oreilles toutes rondes

j'écoute ce qui se raconte dans le monde.

En permanence affamée

je visite vos maisons et greniers.

Cachée au fond de mon trou

j’attends pour échapper au gros matou.

Dans mon nid de nuages

je rêve à des meules de fromage.

On me trouve si jolie

c'est normal car je suis une souris.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 10:13

 

C'est dans l'action

que naît la révolution,

c'est de la création

qu'arrive la destruction.

 

C'est dans le sang

que périssent les gens,

et depuis le temps,

ils ne savent faire autrement.

 

C'est dans la différence

qu'évolue la tolérance,

mais dans l'indifférence

s'entretient la souffrance.

 

C'est dans l'ignominie

que s'enrichissent les nantis,

et en soumettant la vie

ils créent leurs paradis.

 

C'est dans le rire

qu'ils s'emploient à détruire,

nous sommes là que pour les servir,

se taire et puis mourir.

 

 

(musique : "Walk this way" Aerosmith & Run Dmc )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 10:34

 

toute tendance épuisée

en absence de nouveauté.

La routine annihile,

piétine ce qui fourmille.

 

Le présent dans l'absurde

se répand sur le monde.

Le ridicule s'installe

tel une pustule virale.

 

nuées de moutons décérébrés

plein d'émissions télévisées.

Populace de légumes

qui embrasse le bitume.

 

Détruisant par consommation

asservissant avec passion.

De leurs vœux priant

le grand dieu argent.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 13:01

 

comme la tour de Pise

j'ai la tête qui penche,

mais sans surprises,

c'est le cerveau qui flanche.

 

Alors pour s'efforcer de la redresser

il faut user de malice,

et le piéger entre deux seins bombés.

Mais ce n'est pas par vices,

 

c'est pour stimuler l’encéphale,

lui redonner du tonus.

Et aussi ré-aligner les cervicales

jusqu'à l'hypothalamus.

 

Mais la kiné strip-tease,

ce n'est même pas remboursé par la sécu,

alors j'improvise,

et me contente de rembourrages en papier cul.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 13:01

 

Dans ce monde d’obsolescence

qui pousse à la dépendance,

des millions meurent de faim

dans cette consommation sans fin.

 

Tandis que les uns crèvent d’excès,

les autres périssent sur les bancs d'essais.

Milliard d'esclaves volontaires

faisant la queue pour se faire traire.

 

Et sur cette petite planète qui se meure,

les gens courent à la recherche du bonheur,

en achetant de l’inutile

sur des envies bien futiles.

 

Dans cette orgie d'exploitation

accélérant une totale désolation

s'étendant jusque dans les océans,

et plongeant la terre dans le néant.

 

 

 

(musique : Boris Vian "les joyeux bouchers")

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
29 octobre 2012 1 29 /10 /octobre /2012 08:31

 

Le givre au petit matin

s'accroche à la cime des pins

et descend dans la vallée

recouvrir les lacs et les prés.

 

Dans un immobilisme surnaturel,

où aucun bruit ni son ne s'envole,

un nuage de vapeur

flotte en apesanteur,

 

attendant un courant d'air

pour l'emmener visiter la terre.

Sous une fine couche de glace,

un poisson furtivement passe.

 

Faisant onduler le calme de l'eau,

cassant sa surface en morceaux

dans des éclaboussures cristallines

qui cet instant de silence profane.

 

Lançant le signal du réveil

de la nature figée par le gel.

Estompant d'heures en heures

son immaculée blancheur.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 09:38

 

sous les eaux en trombes,

l'été indien se finit.

Hop...une feuille tombe.

 

 

Adieu hirondelles,

partit en vacances au chaud.

Zou, à tire d'ailes.

 

 

Brumes matinales,

mur de coton éthéré.

Wosh, bruit spectral.

 

 

 

(musique : Emilie Simon "to the dancers on the ice" )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
25 octobre 2012 4 25 /10 /octobre /2012 13:13

 

Bébé, je ne pensais qu'à la gougoutte.

des premiers cris du réveille

jusqu'à la douceur du sommeil,

ma hantise était d'en perdre une goutte.

 

Enfant, je me promenais insouciant dans les bois,

et par de belles journées d'été,

je parcourais des mondes inexplorés.

Jusqu'à ce que les ombres me poussent chez moi.

 

Adolescent, avec les potes j'écumais les bars,

fêtant chaque occasion,

découvrant de nouvelles boissons

jusqu'à ce que mon estomac rejette ces nectars.

 

Jeune homme, je transpirais sur les stades,

courant comme un dératé

ne pouvant plus m'arrêter,

shooté à l'adrénaline, et malade de stéroïdes.

 

Adulte, j'ai trimé pour de sordides boulots,

forcé de courber l'échine

face à une hiérarchie richissime,

avalant en souriant les déchets immoraux.

 

Vieux, je n'ai pas pus voir la retraite,

usé par des années de labeur,

et empoisonné par les pollueurs,

je souffrais de ces tuyaux qui maltraite.

 

Aujourd'hui, je suis finalement mort,

et quand j'observe le monde tel qu'il est,

je n'ai pas eus un vécu si mauvais,

voyant l'avenir et son funeste sort.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
24 octobre 2012 3 24 /10 /octobre /2012 10:24

 

Requiem d'une civilisation mourante

sonne le rappel des erreurs

de ses monarques profiteurs

à la morale et valeurs vacillantes.

 

Pour les populations, maigre consolation

d'entendre conter berceuse

tandis que leur tombe se creuse,

sombrant, les yeux fermés, sans protestations.

 

L'effondrement massif des écosystèmes

marque le tempo funèbre

du passage dans les ténèbres

d'un monde qui ne fût qu'un songe bohème.

 

 

(musique : Zbigniew Preisner "requiem for my friend" )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche