Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 septembre 2012 7 09 /09 /septembre /2012 10:22

 

Sur les lointains rivages

d'une mer sans age,

de puissantes vagues en rochers

sur la grève s'étaient pétrifiées.

 

Face à elles, un géant de feu,

la main sur le front se tenait anxieux.

Son incandescence s'était cristallisée

dans un immobilisme forcé.

 

En le traversant, les rayons du soleil

projetaient une ombre vermeille,

recouvrant la plage des larmes de sang

versées devant ce spectacle désolant.

 

Les ruines d'une cité née des profondeurs de la terre

s'élevaient au loin, faisant front à cette morte mer.

Ses puissants monuments façonnés dans le magma

aux faîtes effondrés à leurs pieds gisants en tas,

 

entrelacés dans une harmonie fantasque

formaient un organisme titanesque,

exposant son cœur

aux affres de la douleur,

 

s'élevant rageusement de cet univers désertique

où le sable s'opposait à cet océan de roches métalliques.

Des réminiscences de vents depuis longtemps oubliés

effleuraient encore parfois ce monde à jamais figé.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 10:11

 

On nous a promis la lumière

avec l'arrivé du nucléaire.

Ils nous ont servit des discours menteurs

pour nous refourguer leurs réacteurs.

 

Et dans tout ce cirque façon Barnum,

ils nous ont imposer leurs radium

en nous disant, 'c'est sans danger'

tant que vous êtes bien isolés,

 

dans un solide bunker en béton

à dix mètres sous votre maison.

Et puis surtout c'est une énergie pour eux fort rentable

plus chère mais rapportant plus que le renouvelable.

 

Finalement ils nous ont offert une guerre

avec livré en prime un éternel hiver.

puisqu'il à suffit d'une petite journée d'abandon

aux centrales pour s'élever en brillantes explosions.

 

 

(musique: exil sur planète-fantome "H.F.Thiefaine")

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 11:13

 

En explorant le monde calciné

par l'incendie de la cupidité,

j'ai vus la danse de l'atome

éliminer un à un les mômes,

 

l'invasion de l'industrie chimique

entretenir le vent de la panique,

sur cette triste planète aseptisée

rendant tout égal dans la fragilité.

 

Où le calibrage est devenu une norme

tendant vers l'uniformisation des Hommes,

créant une vie sans saveurs

pour mieux imposer le labeur.

 

Génération d'esclaves volontaires

formatés depuis l'école primaire

par une propagande exterminatrice

embrassée tel une religion protectrice.

 

 

 

(musique: Hells bells "AC/DC" )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 09:04

 

un cri s’échappant d'un corps

poussé par dépit face à la mort.

Un chaud filet carmin

fuyant dessous la main.

 

Dans la prairie une herbe rouge

luisante et aplatie paraît sans âge

autour d'un être sans vie

qui paraît seulement endormi.

 

Pourquoi s'est-il précipité

sur cette lame si bien effilée,

voulait-il rejoindre ses frères

ou était il fatigué de la misère ?

 

Le champ lui garde encore la trace

de tout ceux qui ont périt à cette place.

En temps de guerre ou bien de paix,

la mort fait partit de la vie à tout jamais.

 

 

(musique: pilule "Saez" )

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 09:32

 

Basculement incertain

entre l'indicible

et le descriptible

dominant notre destin.

 

Plongées dans l’abîme

insondable de la conscience

ou subsistent les réminiscences

de pensées qui se réaniment.

 

Le bien confondu avec le mal,

ou la haine est amour

et la paix est guerre,

c'est la folie qui enfin se régale.

 

 

 

musique:(the end , from "the doors")

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:36

 

J'ai déjà vécu une autre guerre,

celle ou nous nous battrons pour nos pères.

Je serais de la prochaine

celle ou l'on s'est battu pour garder nos chaînes.

 

J'ai connu un autre temps

quand vivra le bonheur des ignorants.

Je vivrais un futur

ou les médias roulaient pour la dictature.

 

J'ai pensé un autre monde,

ou l'on dentellera toutes les bombes.

J'inventerais une autre vie

ou la cruauté et la haine étaient bannies.

 

J'ai pressentis la terre empoisonnée

que l'on détruira sans remords pour la rentabilité.

Je contemplerais notre extinction,

j'étais présent à la capture du dernier poisson.

 

 

 

 

(respire "mickey 3D")

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
22 août 2012 3 22 /08 /août /2012 11:36

 

Dans une grande lumière blanche tout est devenu noir,

en entrant dans ce maelström on y perd tout espoir.

Perdu au cœur de l'explosion

s'envole les bribes de raison.

 

Au plus fort d'une canicule

une tempête s'accumule,

ravageant ce qui se trouve sur son passage

dans un déchaînement d'éclairs et de rage.

 

Un chien, les pattes coupées s'accroche à la vie,

en essayant d’atteindre une charogne qui pourrie.

Un homme enchaîné au fond d'un bunker

l'observe avec envie, faisant fi de l'horreur.

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
18 août 2012 6 18 /08 /août /2012 10:23

 

 

 

Brûlure du soleil,

les fleurs enfin éclosent.

Pop, bouton s'éveille.

 

 

 

Rivière rétrécie

en un mince filet d'eau.

Pffuit, l'eau s'est tarie.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
15 août 2012 3 15 /08 /août /2012 11:24

 

Aujourd'hui je viens d'avoir cent ans,

y a longtemps que j'ai perdu mes dents,

d'ailleurs ça fait un baille que je mange plus que de la soupe.

Et puis à part l'infirmière dont je me régale à reluquer sa croupe,

 

il y a des années que je n'ai pas eus de visiteurs,

c'est peut être parce que je marche en déambulateur.

Je me souviens comme si c'était hier

de l'arrivée de notre premier frigidaire,

 

bon diou qu'c'était bon l'été d'avoir du picrate frais.

Aujourd'hui, celui que j'bois, y m'fait aucun effet.

Les salauds, y sont venus prendre ma voiture sous mes yeux,

c'est parce que soit disant, je serais devenus bien trop vieux.

 

Non mais franchement, j'ai bien survécu à deux guerres,

j'ai fait l’Algérie et l’Indochine à l'autre bout de la terre,

et ma vieille guimbarde serait devenue trop dangereuse !

J'peut vous dire qu'ils en ont tâtés de ma mitrailleuse.

 

Ce n'est quand même pas ces freluquets

qui vont venir me mettre au piquet.

Je m'en vais leur apprendre à ceux là, le respect des anciens.

Et même sans mes jambes je peut encore leur botter le train.

 

 

 

 

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
13 août 2012 1 13 /08 /août /2012 10:44

 

Langueur de l'absence,

douleur d'un vide.

Instants de réminiscence,

sensations insipides.

 

Banalité du quotidien

fredonne à l'esprit,

le fantôme mutin

qui un instant revit.

 

Réveillant la déchirure

de son sommeil fragile,

ravivant la torture

d'un souvenir servile.

 

Invoqué par un bruit, par un son,

une effluve évanescente,

stoppant le temps dans sa progression

une réflexion décadente.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche