Dimanche 1 juin 2014 7 01 /06 /Juin /2014 12:47

 

J'ai été demain et je serais hier,

j'irais glisser sur le destin et dévoilerais l'hiver.

Mais à la croisée du matin s'étirait la lumière

pour abolir la douleur et alléger les peines.

 

Alors, sans faillir, en douceur j'ai déversé les miennes.

Dès lors, un sourire sans humeur à inondé mes veines.

 

C'était une nouveauté pour un mutin qui noyait la mer,

sortait ses pieds du chemin et courrait à l'envers,

ronflait à la pensée du vin et s'enivrait dans l'éther.

 

Ainsi, en dansant un rythme immobile

saisi par un vent aux rîtes volubiles

qui hurlant un calme inaudible

s'est reflété serein sur l'arrêt amer.

 

J'ai oublié le rien qui emprisonnais cet air,

et ai sans sourciller repeint mes traits de misère.

 

 

(musique: Dead boy's poem "Nightwish" )

Par orcheon - Publié dans : poèmes.
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 6 mai 2014 2 06 /05 /Mai /2014 09:58

 

Après un temps d'oublis,

on vous impose de la propagande.

Des réclames biens pourries

qui grillent le cerveau et fout les glandes.

 

La seule liberté qui nous reste

est de leur donner toujours et encore de l'argent,

cette invention indigeste

qui précipite notre monde dans le néant.

 

Tout n'est pour eux qu'affaire de bénéfices

de rentabilité de pouvoir de mensonges et de perfidie.

Empoisonnant nos filles et nos fils,

en se prenant pour des rois alors qu'ils ne sont que bandits.

 

Avons nous donc finalement perdu la raison,

ou sommes nous devenus si stupides

que nous nous laissons enfermer dans leur prison

qu'ils nous présentent comme le bonheur ultime.

 

 

( Saez : des p'tits sous. )

Par orcheon - Publié dans : poèmes.
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Mardi 25 février 2014 2 25 /02 /Fév /2014 10:37

 

j'ai fais le tour de la terre

pour chercher un peu de réconfort,

mais je n'y ai trouvé que la misère

orchestrée par ceux qui se disent fort.

 

Alors je suis parti naviguer sur les océans

pour trouver la paix et la sérénité,

mais je n'y ai vus que des déchets flottants

et des nappes de pétrole irisées.

 

Je suis donc monté sur les plus hauts sommets

pour y respirer à plein poumons la pureté de l'air

mais je n'ai pas sentit ce a quoi je m'attendais,

car j'étais pris dans un nuage de fumée et de poussière.

 

J'ai donc décidé de quitter la planète,

quel ne fut pas ma surprise en sortant de l'atmosphère,

j'y ai été bloqué en me cognant la tête

par un bric-à-brac de satellites qui faisaient barrière.

 

Alors je suis rentré chez moi,

un peu déçus, pas mal outré et surtout déconfit,

et me suis couché sous les draps

pour ne plus jamais remettre le nez hors du lit.

 

 

  musique: (ainsi parlait zarathoustra -Richard Strauss)

Par orcheon - Publié dans : poèmes.
Ecrire un commentaire - Voir les 4 commentaires
Vendredi 24 janvier 2014 5 24 /01 /Jan /2014 09:53

 

Tu as claqué la porte

aux ailes du destin

et écrasé ce cloporte

qui souriait au matin.

 

Mais il te reste tant à écrire

avant l'arrivée des ombres du soir,

et tout ce chemin à parcourir

dans les reflets dorés du miroir.

 

Pourtant tu es si certaine

de la valeur de tes décisions

que tu deviens hautaine

dès que l'on approche de ton giron.

 

Alors tu ne te fais aborder

que par la haine et la démence

pour ne pas laisser percer

toute cette condescendance.

 

Mue par un ardent désir

de combler ce profond vide

qui te ronge à en mourir

quitte à tomber dans le joug du perfide.

 

 

Par orcheon - Publié dans : poèmes.
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Vendredi 27 décembre 2013 5 27 /12 /Déc /2013 10:38

 

Une musique lentement s'élève

de la forêt à travers la brume,

faisant remonter des racines la sève

éveillant la chorale des siffleurs à plumes.

 

Engourdis par cette froide humidité,

les insectes cuirassés dans leur carapace de chitine

se sentent comme prisonniers,

ils rêvent de sang chaud et de squelette interne.

 

Un chant qui fait dresser les oreilles

des rongeurs et des herbivores,

créant un intérêt sans aucun pareil

pour l'ensemble des carnivores.

 

Car ce matin, aux premiers rayons du soleil

éclora la première ellébore

et ainsi, pendant que chacun s'émerveille

tous écoutent la mélodie de l'aurore.

Par orcheon - Publié dans : poèmes.
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires

Bienvenue !

blog vert.

Calendrier

Août 2014
L M M J V S D
        1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 31
             
<< < > >>

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés