Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 janvier 2012 1 09 /01 /janvier /2012 14:27

 

Une petite histoire pour se détendre, et peut être rire un peu pour changer.

Cette fois c'est pour toute la famille, si si ce n'est pas une blague !

 

Bonne lecture.

 

 

C'était un vieux chien gris qui n'avais pas de maître, il errait de ruelles en poubelles pour trouver sa pitance, au bon vouloir du gâchis des humains.

Il était venus dans ce quartier après avoir surpris la conversation de deux chats de gouttière qui parlaient d'une benne qui tout les soirs regorgeait de morceaux de choix dont personne n'avait encore découvert l'existence.

Malgré son grand age et la faim qui le tenaillait, il avait bravé plusieurs passages mal famés,

avait osé passé le territoire des chiens chauds et celui des chats mois pour venir dans cet eldorado chuchoté à voix basse.

Alors, qu'il se cachait dans un recoin pour échapper à la fourrière, le carton dans lequel il se terrait bascula par une petite lucarne cassée.

Il tomba sur une caisse qui se brisa, mais par bonheur elle était pleine de paille, il entendit bien quelque chose se briser, mais sans conséquence pour lui.

C'était bien sa chance, après toutes ces péripéties, il se retrouvait dans une espèce de cave, la faim au ventre et sans possibilité de remonter par là où il était arrivé.

Sans la caisse, la sortie lui était inaccessible. Mais dans un effort mesuré, il essaya quand même de sauter en direction de ce passage, qu'il loupa et se retrouva de nouveau au sol les quatre pattes en l'air.

Un peu sonné, il se remis sur pied, et attendit que le sol cesse de tanguer avant de se dire qu'il aurait mieux fait de rester dans son vieux trou près de la décharge.

Une fois remis de ses émotions, il attendis que son train arrière cesse de trembler et détailla l'endroit où il avait échoué.

C'était une sorte de grand entrepôt, propre et bien en ordre, sur toute la longueur il y avait des rangées de caisses à n'en plus finir.

Mais où avait il bien put atterrir ?

Il avança un moment sans voir autre chose que ces boîtes.

Quand enfin il vit une petite arche où il pouvait se faufiler, il s'y précipita sans attendre.

C'est alors que devant ces yeux ébahis, dans une salle immense, il vit le trésor perdu des canidés.

De partout ou se posait son regard il y avait des os posés dans toutes les positions les plus extravagantes.

Pleurant de joie, et n'y tenant plus, il se précipita sur le plus gros os qu'il n'ai jamais vus, et que même en rêve il n'aurais osé imaginer.

Il l'attrapa, et tira dessus pour le déloger de sa cache, mais il lui résista.

Frustré, il se dit qu'il ne lui résisterait pas longtemps celui là, même si il devait user de ses dernières forces, il l’aurait.

Et effectivement, après quelques bonnes secousses, le précieux magot se libéra de son logement, accompagné d'un énorme fracas.

Il n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait car il tomba dans les pommes.

 

Robert, un brave type de 52 ans, qui attendait la retraite avec impatience disait toujours à ses collègues qu'il avait tout vus dans sa vie, entre l'armée, les safaris et les quartiers chauds dans lesquels il avait habité, rien ne pouvait l'effrayer. Il se plaisait à raconter ses exploits dans le désert qui lui valurent une médaille.

Il n'avait jamais faillis à sa tâche, et n'avait jamais eut peur de rien dans sa vie.

Maintenant, il avait un petit boulot de nuit paisible qui lui laissait le loisir de piquer du nez de temps en temps.

C'est justement dans un état somnolent qu'il entendit du bruit dans la salle principale de son lieux de travail. Il pris sa torche et se dirigea d'un pas sur en direction de ce cliquetis bizarre.

Dès qu'il eut passé la grande porte, il se retrouva devant quelque chose qu'il n'avait jamais vus et qui le fit tourner de l’œil.

Sur les journaux du lendemain, on pouvait lire en gros titre. «  un chien a pénétré dans le muséum d'histoire naturelle, et a fait s'effondrer le squelette du mammouth.

C'est le conservateur en arrivant le matin qui a découvert le drame.

Le gardien gisait inconscient devant la salle.

Il déclara «  quand j'ai vus le squelette du bestiau me foncer dessus, c'est là que j'ai dus faire un malaise, à mon age, vous savez ! »

tandis que le chien était étendus assommé sous les restes du pachyderme. »

Repost 0
Published by orcheon - dans fables
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 13:46

 

Aujourd'hui, je me suis fait un petit plaisir,

je sais, ce texte va choquer vos petites âmes sensibles,

mais après ces quelques jours de sainteté, je me suis un peu lâché.

Oui oui, vous me direz qu'il y a un peut d’œdipe, mais non, puisque je n'ai pas tué mon père.

Ah, et puis, on a bien le droit de s'amuser un peu non ?

 

Comme vous l'avez compris,

ce texte est formellement interdit aux enfants, et aux mamans.

 

Pour les autres, accrochez vous comme vous pouvez, et bonne lecture....Hin hin hin...

 

 

 

 

 

 

Pour mon anniversaire,

j'ai invité ma chère mère.

Elle était vraiment toute réjouie

que je l'invite une fois dans sa vie.

Mais ce qu'elle n'imaginait pas,

c'est qu'elle me servirait de repas.

Elle est bien sur venue avec son petit roquet.

Quel cadeaux avec ce clébard je me suis fait.

Sous les yeux horrifiés de ma génitrice

j'ai dépecé le chien à coup de perforatrice

et ais jeté ses restes dans le fumier,

c'est l'idéal pour bien fertiliser.

Pour la réconforter et la rassurer sur mon état,

je lui ais offert une jolie robe en caramel et nougat

que je lui ais gentiment demandé d'essayer

pour voir si je n'avais pas de retouches à poser.

Un peu moins paniquée, elle est allé se changer.

Pour dire vrais, j'aurais été choqué de la voir à poil,

avant de la passer dans la broyeuse à cheval.

Lorsqu'elle est sortie toute joliment vêtue,

elle s'était rassurée sur mes intentions ambiguës.

Je l'ai alors invité à monter au grenier

pour venir choisir le vin à déguster.

C'est en arrivant qu'elle c'est mise à crier tout son saoul,

dès qu'elle a vue, caché dans un coin mon loup-garou,

qui sur mon ordre l'a fermement empoignée

pour ne pas qu'elle se mette à bouger.

Je lui ais dit, ne t’inquiète pas ma petite maman,

c'est juste le temps que je t'arrache les dents.

C'est que c'est pas comestible,

et pour mes invités, ce serait vil.

Ce fut pour moi, un passe-temps bien marrant,

mais elle est tombée dans les pommes trop rapidement.

On l'a alors descendue à la cave,

et déposée près du gros troll qui bave.

Ensuite, dans une grande marmite,

j'ai fait chauffer des potions interdites.

Patiemment, j'ai attendus qu'elle se réveille

pour pouvoir lui prélever la cervelle

que j'ai délicatement déposée dans le mélange

pour donner un petit arrière goût d'ange.

Le reste je l'ai mis dans le mixeur géant,

pour rajouter dans le gâteau comme ingrédient.

Une fois le repas et la pâtisserie terminée,

mes amis sont arrivés à point nommé.

Nous avons passés une journée de plaisirs.

Ce fut mon plus bel anniversaire, Ah, quel souvenir !

Repost 0
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 14:06

 

Un tas de fumier plus très jeune désespérait de sa condition,
on l'avait caché dans un coin parce qu'il ne sentait pas bon.
Tout à chacun prenait grand soin de l'éviter.
Quand un petit scarabée vint à s'en approcher.
Alors notre malheureux lui demanda :

 

« -tu n'as pas peur de moi ? N'aurais tu pas d'odorat ?
   -au contraire, ton fumet est un doux nectar
    pour moi, et tout mes amis les cafards.
   Alors, si tu le permet, en toi, nous nous installeront
   pour nous nourrir et procréer, au chaud nous seront. »


tout joyeux de cette intention, et de ces invités impromptus,
qu'il les accueillit avec tout le confort relatif qu'il put.
Mais dans son cœur, ils ne furent pas les seuls,
car il y logeait déjà deux squelettes sans linceul.
L'un se proposa de leur faire une place
dans son crâne où il restait de l'espace.
L'autre un peu jaloux leur proposa tout son être,
si il arrivaient à retrouver les morceaux de sa tête.
Après moult discutions enfiévrées,
les deux anciens amants macchabées
se mirent enfin d'accord pour partager
leurs restes, aux familles de réfugiés.
Pour le plus grand soulagement de notre tas de débris,
qui commençait à se chagriner pour ces nouveaux amis.

Repost 0
Published by orcheon - dans fables
commenter cet article
6 janvier 2012 5 06 /01 /janvier /2012 12:28

 

J'ai créé un avion en papier
pour partir loin, m'envoler.
Toucher l'univers des étoiles,
en déchirant l'éther et sa toile.

Aller souffler sur les monts de vénus,
braver le froid regard de méduse,
survoler les demeures de l'Olympe,
dépasser les envies les plus simples.

Planer sur le cœur des désirs,
plonger dans le rêve des empires.
Traverser les chants du monde,
et y semer des âmes fécondes.

M'introduire dans la pénombre,
la décomposer en idées sans nombre.
Déchirer les rayons du soleil,
pour structurer vos réveils.

Me porter sur tout les vents,
briser les chaînes des tourments,
jouer avec le bonheur des amours
pour les souder pour toujours.

Repost 0
Published by orcheon - dans poèmes.
commenter cet article
5 janvier 2012 4 05 /01 /janvier /2012 13:30

 

Bon, après les box, je me suis penché sur les cures,

ouhah ! C'est du délire, ils proposent plus de tortures que je ne pourrais, je suis jaloux.

 

Je crois que je vais essayer de monter une salle de torture plus gore que eux pour ne pas passer pour un petit joueur, non mais !

 

 

Je me suis renseigné pour partir me reposer en cure thermale,

alors j'ai cherché, puisqu'on m'a dis que c'était vraiment génial.

J'en ais trouvé une juste au bord d'un lac,

on m'a assuré qu'ils avaient des hamacs,

et en plus derrière il y a une grande forêt

où je pourrais aller me promener guilleret.

J'ai donc demandé que l'on m'envoie un dépliant,

pour quand même savoir ce qu'il y avait dedans.

Il me proposait plusieurs séances de bains aerogazeux !

J’ai déjà des gazes, alors en plus dans un bain avec des vieux !

Je ne pense pas vraiment que ça me plaira,

si c'est pour en sortir en sentant le caca !

Il y a aussi pour tous, des grands saunas,

mouais, si c'est pour ressortir avec un zona !

Là je vois des...hydroxeur aquajets !

Très peut pour moi, me faire boxer par des jets.

Si j'en veux, il suffit de faire de la prison,

il paraît qu'ils ont des douches sous pression.

Il est aussi noté, offre des modelages experts,

ma gueule j'y tiens, même si elle est de travers.

Tiens, des applications de boue thermale,

derrière chez moi de la boue il y en a pas mal !

Et puis bien sur, en petit, tout un tas de soins à la carte,

en supplément évidement, ils me prennent pour une tarte ?

Mais c'est incroyable, ils veulent vous mettre au régime,

non mais puis quoi ! Je ne suis pas un mannequin androgyne.

Eh bien, si ils appellent ça du repos,

moi je suis bien le dernier des idiot !

Ça ressemble surtout à des stages de tortures,

qu'ils nous présentent comme une villégiature.

Je vais donc rester bien au chaud dans ma maison,

de toute façon, je n'aimes pas les obligations !

 

Repost 0
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 14:51

 

Désolé, mais aujourd'hui je n'ai pas envie d'écrire,

pour la peine, j'ai fait quelques gribouillages, que je vous impose,

ouais, il est fou, et en plus il ne sait pas dessiné,

non mais tu as déjà vu un poisson chien avec cette gueule ?

 

poisson chien

 

 

Et ton espèce de chameau, il n'aurait pas des airs de déjà vu, avec sa vilaine cigarette, il ne pourrait

pas avoir un bon verre de vin, ce serait plus correct !

 

kamé elle

 

 

Non, non, ne te dérobe pas dans la brume, c'est pas la peine de cacher ta fainéantise derrière quelques gribouillis sans talent, ou sont tes rimes, tes histoires, hum !!!! c'est pas du grand art mais au moins ce n'est pas des mots sans saveurs que tu dépose parfois, alors que ces temps ci, je soupçonne une envie de voyage dans des mondes sans substances, sans humains et sans se fatiguer.

 

 

 

 

enquète dans la brumecube flotant

 

 

Tiens ? Après cette note, vous n'avez plus de lecteurs ! Ah ! Ça tombe bien, parce que taper mes textes au clavier c'est long et laborieux, si seulement les mots pouvaient sauter du cahier à l'écran, se serait encore un truc pour devenir encore plus fainéant !!!!

 

Bon, ok, je vais continuer à écrire, mais comme tout le monde, j'ai une vie... ah ? Heuu.. et bien non ! mouais, mais ce n'est pas une raison pour écrire chaque jours des notes de douceurs !

 

Tiens ! Si je veux, je fais comme aujourd'hui, je n'écris rien.

Qu'est ce qu'il y a ? vous n’êtes pas content, ça ne vous plais pas, et bien c'est la même chose, non mais, je suis chez moi ici, alors le premier qui râle, je le compresse, le hache menu, et le recrache sur le réseau, alors toujours envie de me chercher des poux ?

 

Ouais ouais, je vois, on fait moins les malins on a peur de finir entre mes lignes, et puis je n'ai pas de poux, je n'ai pas trouvé de scalps pour en élever.

 

Bon et bien sur ce à plus, et pour les plus téméraires, c'est dans mes dessins.

Un peut d’indulgence, je ne suis qu'un pauvre hère qui laisse sa tête de côté, et ses mains divaguer.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
3 janvier 2012 2 03 /01 /janvier /2012 11:57

 

Après moult années d'écrits vains,

notre cher vieux conteur l'écrivain

repris sa plume et ses élucubrations

pour chanter sous la lune sa célébration.

 

Les poèmes des siècles passé,

nés sur un ancien socle cassé

qu'il garde précieusement en vase clos

depuis que la première lettre y à éclos.

 

En prière, il demanda à Nabû dans sa sagesse

de le laisser tomber dans la paresse et l'ivresse

pour avoir le loisir de laisser l'encrier

et enfin se coucher, lassé, sans crier.

 

Que les mots le laisse en paix

pour son tout dernier couplet

et partir sur une fragile idée

que la vie n'est que fragilité.

Repost 0
Published by orcheon - dans fables
commenter cet article
2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 12:22

BOX

 

Amis lecteurs, on ne sait pas quoi faire comme cadeau ?

Ne vous inquiétez pas, j'ai ce qu'il vous faut.

 

Une sélection de cadeaux à ne pas faire à tout le monde,

sous peine de se fâcher pour de nombreuses générations.

 

Ce catalogue n'est pas pour toutes les mirettes,

il peut y avoir des articles choquants pour les plus jeunes et les plus coincés.

 

Pour les autres accrochez vous aux branches et bonne lecture.

 

 

La BOX !

 

 

C'est le cadeau de l'année,

bien pourris et empoisonné,

alors j'ai lancé ma gamme de services.

Des week-end pleins de petits sévices.

 

Là, une belle boite cadeau,

pour une soirée sado-maso.

Ou deux jours en cachot

au pain sec et à l'eau.

 

Je peut aussi vous proposer

des coffrets plus développés,

avec quelques petites options

qui point ne vous décevront.

 

Une semaine complète en centre de torture

inclus, les pinces chauffées à haute température.

Mais aussi les grands classique pour fortes têtes,

le circuit automobile à grande vitesse, crash-test.

 

Le saut d'un hélicoptère

sans parachute et à l'envers.

Le top, c'est le safari frisson

lâché dans la brousse en caleçon.

 

J'ai aussi un lot gastronomique

dans un restaurant unique,

qui vous propose une large sélection

d’espèces en voie de disparition.

 

Pour les dix premiers acheteurs,

offert, une sortie avec un dictateur.

Ne tardez pas, à passer commande

ou alors vous serez à l'amende.

Repost 0
1 janvier 2012 7 01 /01 /janvier /2012 13:06

 

On y est, cette année, c'est la révolution,

car enfin, arrivent les élections.

On va se précipiter aux urnes,

pour soulager notre amertume.

 

Élire un nouveau chef d'état

au intérêts aussi vils et bas

que les groupes d'industriels

qui les ont pris sous leurs ailes.

 

Pour rester figé dans le passé

avec un système trop périmé.

Mais les médias veillent au grain,

et nous aiguillent sur le chef de demain.

 

Si vous ne voulez pas que ça change,

écoutez les, et suivez le chemin de la fange.

La révolution, les autres la feront bien,

aller, met les infos, on verra ça demain.

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article
31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 14:27

 

Bonjour à tous,

On arrive à la fin d'un cycle.

Ne le pleurez pas car

Nous allons en commencer un nouveau

Enchanteur à souhait.

 

Avec une promesse de fin du monde,

Négociée avec les oracles du cinéma.

N'écoutons pas leurs délires,

Et employons donc notre

Energie à faire la fête !

 

Deux anges au grand cœur

Mille voeux ils vous offrent pour

Douze mois de plaisirs !

Repost 0
Published by orcheon - dans autres
commenter cet article

Bienvenue !

  • : orchéoniades
  • orchéoniades
  • : Bonjour, ou bonsoir, visiteur, ici tu découvriras des textes sous toutes formes, humour noir, humour, et poésie. En proses je dispose de mes écrits.
  • Contact

blog vert.

Recherche